Photo archives : Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie
Photo archives : Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie

L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt s’est une nouvelle fois exprimé sur les mesures récemment instaurées par son pays, en ce qui concerne la délivrance de visas pour les citoyens algériens.

Dans un entretien accordé au Quotidien d’Oran, Xavier Driencourt a ainsi réaffirmé qu’ « aucune instruction » n’a été émise par les autorités françaises pour limiter le nombre des visas pour les algériens.

« Ni le Consul général (…), dont c’est le métier de délivrer des visas, ni moi, dont ce n’est pas le métier de délivrer les visas, nous n’avons d’instructions en ce sens. Personne, à ma connaissance, ne nous demande de réduire le nombre de visas en réaction à la limitation des importations françaises. Je peux vous assurer que nous n’avons pas de telles instructions. » a assuré l’ambassadeur français.

En ce qui concerne l’instauration de nouvelles mesures pour la délivrance des visas, M.Driencourt a également assuré qu’il « n’y a pas de nouvelle réglementation, mais la combinaison de plusieurs facteurs ». « D’abord, une évolution technique ou technologique (…) c’est l’introduction en France pour l’Algérie (…) d’un logiciel qui s’appelle « France visa » et qui est une première étape avant le dépôt de la demande de visa. Je sais qu’à Alger, cela a donné le sentiment aux Algérois que c’est devenu plus compliqué pour eux de déposer un dossier visa parce qu’il faut à présent avant de prendre rendez-vous s’inscrire à travers un logiciel comme vous le faites quand vous allez aux Etats-Unis. » a expliqué l’ambassadeur, qui a également ajouté que « La deuxième chose, c’est que nous avons changé de prestataire à Alger : nous sommes passés de TLS à VFS pour la prise de rendez-vous ». « Cela peut donner le sentiment que c’est plus compliqué » a-t-il souligné.