Le ministère des affaires étrangères a répondu ce lundi, par le biais de son porte parole Abdelaziz Benali Cherif, aux déclarations faites sur Twitter par l’ambassadeur de l’Union Europénne en Algérie suite à sa convocation dans le cadre de l’affaire de la vidéo jugée offensante envers le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika.

« Nous considérons que le Tweet de M. O’Rourke n’engage que sa personne et qu’à démarche officielle l’on est en droit de s’attendre à une réponse  officielle conformément aux usages et à la pratique diplomatique consacrés » a ainsi déclaré le porte parole du MAE cité par l’agence officielle APS.

Concernant le sujet de la convocation de l’ambassadeur européen, M.Benali Cherif a indiqué qu’il « a consisté exclusivement à demander des clarifications au sujet du détournement par Mme Lefèvre (née Haddad, ndlr) des armoiries de l’UE et des moyens mis par celle-ci à la disposition des médias pour s’en prendre à l’Algérie, à ses symboles et à ses institutions, alors que ces moyens sont censés servir exclusivement à la couverture des activités des institutions européennes ». Le tweet de l’ambassadeur européen ne répondait pas aux exigences de la partie algérienne, a estimé M.Benali Cherif qui précise que l’Algérie attend par conséquent « une réponse aux interrogations soulevées par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères lors de la convocation de M. O’Rourke ».

Pour rappel, cette polémique a été soulevée par une vidéo jugée offensante envers le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika, qui avait été filmée à l’intérieur du siège de l’Union Européenne à Bruxelles et sur laquelle apparaissait l’ancienne correspondante de l’ENTV en Belgique, Leila Haddad.