Cinq jours après les émeutes: Le FFS de Bejaia se révolte
Cinq jours après les émeutes: Le FFS de Bejaia se révolte

 

Les dernières émeutes survenues à Bejaia, en Kabylie, est la résultante de «l’accumulation de plusieurs facteurs qui sont eux-mêmes la conséquence d’une gestion unilatérale et catastrophique.»

C’est là le constat du Conseil fédéral du Front des forces socialistes (FFS) qui a tenu, hier, une réunion à Bejaia cinq jours après les émeutes.

Dans un communiqué rendu public, le FFS a dénoncé la démarche des pouvoirs publics à vouloir tenter de «remplacer la représentation populaire légitime par une représentation fictive, primitive, voire mafieuse.»

Concernant la grève, FFS se révolte et s’interroge : «La rumeur est-elle devenue l’instrument politique du pouvoir pour gérer les relations sociales ? Le fait de dépolitiser les faits, n’est-il pas l’essence même de toutes les aventures ? De tout temps, le pouvoir a eu recours à la violence comme instrument de gestion et pour étouffer toutes les actions pacifiques pour empêcher toute organisation de la société.»

Le FFS a salué les habitants de Bejaia pour «leur maturité ainsi que leur esprit de responsabilité» dont ils ont fait preuve pour «déjouer les plans machiavéliques visant à détruire la cohésion sociale.»

En outre, le FFS a interpellé l’Etat pour libérer toutes les personnes arrêtées, non sans annoncer la constitution d’un collectif d’avocats pour suivre les dossiers des personnes arrêtées.

Tarik Lamara

Qu'en pensez vous ?