Attentat de Bruxelles et de Paris : ce que dit la lettre du djihadiste Atar Oussama
Attentat de Bruxelles et de Paris : ce que dit la lettre du djihadiste Atar Oussama

 

«Non je ne suis pas le mentor ou le cerveau qui a mis en place les attaques de Bruxelles et je n’étais pas au courant de ce que Brahim et Khalid projetaient. Non je ne suis pas Oussama ben Laden, ni la main droite de Abou Bakr Baghdadi, le chef de l’Etat islamique». C’est ce qu’a indiqué le belgo-marocain Oussama Atar dans une lettre adressée à sa mère et reproduite, ce matin, par le quotidien belge La Dernière heure. Fait ainsi allusion aux frères El Bakraoui, qui se sont fait exploser avec un troisième kamikaze dans les attentats de Bruxelles et qui sont ses cousins éloignés, Atar assure n’avoir «plus jamais eu de contact avec eux» depuis son départ de Belgique. Tout en niant être «le mentor ou le cerveau» des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, ce vétéran du jihad âgé de 32 ans, passé par les geôles américaines d’Irak dans les années 2000, a été soupçonné d’être l’un des commanditaires, depuis la Syrie, sous le surnom Abou Ahmad, des attentats de Bruxelles qui ont fait 32 morts et aussi de ceux de Paris qui ont fait également 130 morts. Aussi, et d’après l’enquête menée en France, « il serait le seul coordinateur depuis la Syrie à avoir été identifié en l’état des investigations» sur ces attentats perpétrés par une même cellule franco-belge agissant au nom de l’organisation Etat islamique (EI). Evidemment, l’entourage familial de ce djihadiste a été ciblé par l’enquête, alors que son jeune frère, Yassine, a été arrêté cinq jours après les attentats de Bruxelles et des proches, notamment sa sœur Asma et leur mère, Malika Benhattal.

Fayçal Benmoussa

Qu'en pensez vous ?