Les lauréats à l'issue de la remise des prix
Les lauréats à l'issue de la remise des prix

Six lauréats ont été primés, à Alger, dans le cadre de la 1ère édition du concours « Prix de la radio culture pour les jeunes créateurs », consacrée à la poésie et la nouvelle dans les trois langues (arabe, tamazight et français).

Dans la catégorie poésie, le prix de la langue arabe est revenu à Mohamed Boutaren (Skikda), celui de Tamazight à Boulila Hanane (Bouira) et celui de la langue française a été attribué à Mohamed Saïd (Alger).

Dans la catégorie de la Nouvelle, le prix de la langue arabe a été remis à Ahmed Belgoumri (Bordj Bou Arreridj), et celui de Tamazight à Ikhlef Aissat (Béjaïa). Nacim Achour (Blida) a remporté le prix de la langue française.

Des prix d’encouragement ont été également attribués à six autres lauréats.

Les premiers prix sont d’une valeur de 500.000 da pour les deux catégories (poésie et nouvelle) pour les trois langues, alors que les prix d’encouragement sont de l’ordre de 100.000 da pour chaque catégorie.

Le jury de ce concours a été présidé par le poète Slimane Djouadi.

Dans son allocution, le ministre de la Communication a salué les participants à cette première édition du prix de la radio culture pour les jeunes créateurs, indiquant que ce genre de prix ouvrent les portes aux jeunes créateurs dans les domaines de la poésie et de la nouvelle à travers tout le pays.

Cette cérémonie à laquelle a pris part le directeur général de l’ENTV, Toufik Khelladi, le directeur général de la radio nationale, Chaabane Lounakel, le secrétaire général du Haut-commissariat de l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad, le directeur de la radio culture, le secrétaire général du ministère de la Culture ainsi que le chef de cabinet, a été animée par l’Orchestre symphonique national sous la direction du maestro Amine Kouider.

La première édition du prix de la radio culture pour les jeunes créateurs ouverte aux jeunes auteurs ne dépassant pas l’âge de quarante (40) ans a été organisée par l’Office national des droits d’auteurs et des droits voisins (ONDA), l’Agence algérienne du rayonnement culturel (AARC) et l’Office national de la culture et de l’information (ONCI).

Qu'en pensez vous ?