Enterrement de Mohamed Tamalt à Bourouba
Enterrement de Mohamed Tamalt à Bourouba

Aucun officiel n’a osé prendre part à l’enterrement du journaliste Mohamed Tamalt, décédé, hier matin, à l’hôpital de Bab El Oued, alors qu’il purgeait une peine de deux ans de prison au pénitencier de Koléa. Idem pour les représentants de partis politiques, notamment de l’opposition qui ont brillé par leur absence à l’enterrement du journaliste. Hormis Ali Laskri et le député Tahar Missoum, dit « spécifique », aucun autre responsable politique n’a pris part à l’inhumation du défunt Mohamed Tamalt. Une foule nombreuse a accompagné le défunt à sa dernière demeure, sise au cimetière de Bourouba à Alger.

Selon des membres de sa famille, « le demande d’une étude  du dossier médical du défunt par des médecins indépendant reste toujours leur exigence », ajoutant que si les autorités refusent « ils vont solliciter une expertise étrangère sur le dossier ». Ils ont dénoncé « l’état dans laquelle la dépouille du défunt se trouvait », révélant que Mohamed Tamalt «  a été abandonné lors de son hospitalisation car il n’a jamais été nettoyé pourtant il était dans le coma ».

Ils ont révélé, par ailleurs, que le procureur de la cours de Koléa a demandé, hier, vers 18 h « une autopsie », alors que la direction du pénitencier « a rendu public une déclaration où elle a relaté les circonstances de son emprisonnement, son hospitalisation… ». Ils  s’interrogent sur l’objectif de cette autopsie demandée par le procureur de Koléa alors que le défunt a perdu l’âme dans un hôpital à Alger.

Qu'en pensez vous ?