Harragas: 164 tentatives avortées en 30 jours
Harragas: 164 tentatives avortées en 30 jours

 

Onze personnes ont été sauvées durant le mois de janvier dernier par les unités des Forces navales qui ont mis en échec des tentatives d’immigration clandestine (harragas) de 164 personnes de nationalité algérienne.

Selon le ministère de la Défense nationale (MDN), c’est dans le dans le cadre des opérations de sauvetage, de lutte contre l’émigration clandestine et le trafic de drogue, menées le long du littoral du pays, que les unités de nos Forces navales ont enregistré en janvier 2017, à travers leurs interventions, le sauvetage de onze personnes, dont deux enfants et l’assistance portée à cinq chalutiers en difficulté.

Les Forces navales ont également procédé à la mise en échec de tentatives d’immigration clandestine de cent soixante-quatre personnes de nationalité algérienne, dont trois femmes et six mineurs, ainsi que treize immigrants africains, dont trois femmes, et la saisie de 87,7 kg de kif traité.

Ces résultats «dénotent la disponibilité de nos unités navales pour assurer la sécurité de nos frontières maritimes et leur veille permanente afin de préserver les vies de nos concitoyens tout au long du littoral du pays», la même source.

Nassima Benmalek

1 COMMENTAIRE

  1. Dire que criminaliser la démarche de l’aventure périlleuse des HARRAGUAS est un non sens, n’est pas un acte de dénigrement, mais un acte citoyen visant à faire prendre conscience aux pouvoirs publics que l’Algérie est un pays politiquement malade, car incapable de faire rêver sa jeunesse, son élites et par voie de conséquences le fait de HARRAGUAS comme celui de la fuite des cerveaux ne sont qu’un symptôme de la pathologie de sa politique.

    Oui, les recettes pour faire rêver nos jeunes et les éloigner de la détresse les poussant à risquer leurs vies en choisissant l’option de HARRAGUAS et garder au pays nos cerveaux existent et notre pays a tous les moyens pour les appliquer, mais la volonté et la lucidité politique font hélas défaut.

    Gouverner c’est non seulement prévoir, mais aussi solutionner de façon pertinente et désintéressée les problèmes.

    Or, dans notre pays compétence, probité et intelligence sont pour le pouvoir trois mots suspects.

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

Qu'en pensez vous ?