Dr Fekhar est toujours en grève de la faim, malgré son hospitalisation

L’avocat et président de la LADDH, Salah Dabouz explique, dans cet entretien express, dans quel situation est le détenu Kameleddine Fekhar ainsi que les autres prisonniers.

Dr Fekhar est en grève de la faim malgré son hospitalisation. Dans quel état est-il, compte-t-il arrêter ?

Me Salah Dabouz : Dr Fekhar est en grève de la faim depuis le 3 janvier. A travers cette action, il conteste beaucoup de choses, mais surtout l’injustice qu’il subit lui et une grande partie de la population de Ghardaïa. Dr Fekhar dit que son arrestation a intervenu selon une procédure illégale, sa détention s’est faite par un fausse interprétation de la loi qui prévoit la détention en cas de faits graves, or lui, il est arrêté à cause d’accusations graves. Il conteste aussi le fait que toutes ses plaintes et ses demandes de convocations de témoins ne sont pas prises en charge et donc, en gros, il conteste le fait que l’instruction se fasse seulement à charge, ce qui veut dire, pour lui, que la décision de sa condamnation est une décision politique et que la justice fait des efforts pour lui trouver un cadre juridique.

Il n’est pas seul dans cette situation, qu’en est-il des autres détenus ?

Les autres détenus sont surtout inquiets, pour cause de l’état de santé du Dr Fekhar. On m’a dit à Ménéa qu’ils ont reçu des menaces qui peuvent aller jusqu’à des poursuites judiciaires s’ils font une grève de la faim. Bien entendu, ils m’ont demandé si cela est vrai, et je leur ai dit que n’importe qu’elle poursuite pourrait aboutir à une condamnation et que la pire des condamnations est le fait d’être emprisonné. ce qui est leur cas actuellement.

Dr Fekhar et ses codétenus dénoncent un état de fait, sauf que les autorités restent muettes devant le cri de détresse de ces prisonniers, que pensent les détenus ?

Les autorités ne réagiront que si la situation devienne grave, mais pas pour corriger des fautes. C’est pour cela que Fekhar, la déclaré la dernière fois que je l’ai vue, qu’il se considère déjà en dehors de la prison car, a-t-il dit, je n’y retournerai jamais, soit je rentre chez moi, soit j’irai au cimetière.

Qu'en pensez vous ?