Terrorisme : la France commémore les attentats du 13 novembre
Terrorisme : la France commémore les attentats du 13 novembre

 

La France a commémoré, ce matin, le premier anniversaire des attentats djihadistes du 13 novembre 2015 dans une très grande sobriété, et ce, au lendemain d’un émouvant concert de réouverture de la salle parisienne du Bataclan donné par Sting. Le président François Hollande a présidé les commémorations, dévoilant des plaques en mémoire des victimes sur l’ensemble des sites frappés il y a un an  par les commandos du groupe Etat islamique (EI). Du Stade de France au Bataclan, en passant par six bars et restaurants du nord-est de Paris, les djihadistes avaient tué 130 personnes, blessé 400 autres. Un an plus tard, à la demande des associations de victimes, les commémorations se sont déroulées selon un cérémonial extrêmement dépouillé. A chaque étape, le même scénario s’est répété: plaques révélées, minute de silence, dépôt de gerbe, noms des victimes égrenées. Ni le président socialiste, ni la maire de Paris Anne Hidalgo, n’ont dit un mot. A moins de six mois de l’élection présidentielle, les autorités ne voulaient pas être accusées de récupération politique. Un an après l’horreur, 59% des Français estiment que ces événements changeront pour toujours leur manière de percevoir la vie, 56% «restent en colère».

Tarik Lamara

 

 

Qu'en pensez vous ?