Le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, a annoncé ce mardi 10 décembre à l'Agence France presse (AFP) que le match amical tant attendu entre l’Algérie et la France n’a "quasiment" aucune chance de se concrétiser en 2020.

Noël Le Graët évoque un empêchement lié à des questions de calendrier. « Quand je vois le calendrier, entre les matchs de qualifications, l’Euro, la Ligue des nations, c’est très compliqué, pour eux comme pour nous. […] Il y a une élection présidentielle importante là-bas [le 12 décembre]. Mais il faut qu’on y arrive », a expliqué le responsable français, en marge de la cérémonie dédiée à la prolongation de contrat du sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, jusqu’en 2022.

Le président de la Fédération française de football a exprimé une nouvelle fois son envie de concrétiser le projet de ce match hautement symbolique. « On a l’impression que la France ne pourra jamais rencontrer l’Algérie, mais moi j’ai tellement envie. Ce sont les deux seuls pays, pratiquement, qui ne peuvent pas se rencontrer, alors qu’il y a un attachement », a-t-il souligné.

Noël Le Graët en Algérie début 2020

Noël Le Graët qui se bat depuis 8 ans pour un match amical entre l'Algérie et la France, respectivement vainqueurs de la Coupe d’Afrique des nations 2019 et de la Coupe du Monde 2018, précise aussi qu'il comptait se rendre en Algérie « fin janvier, début février, pour bavarder », tout en restant attentif au « contexte politique là-bas, qui doit se stabiliser ».

À lire aussi :  Algérie-Guinée : Sur quelles chaînes suivre le match

Pour rappel, le seul match amical entre les deux pays a eu lieu en France en octobre 2001. La rencontre avait été interrompue à la 76e minute à la suite d’un envahissement de terrain. Le score était de 4-1 en faveur de la France.

Le rêve d'un "Algérie-France" dans un stade algérien

Une rencontre amicale entre les champions du monde 2018 et les champions d’Afrique 2019 passionne au plus haut point le président de la FFF, Noël Le Graët, qui se rendrait en Algérie en début de l'année prochaine, pour discuter de ce projet.

« Je trouve ça totalement anormal qu’on ne puisse pas rencontrer l’Algérie de façon régulière. C’est un pays ami, il y a beaucoup d’Algériens en France, qui sont Français, et qui ont fait le bonheur soit de nos équipes professionnelles, soit de nos entreprises. Donc, j’ai du mal à comprendre pourquoi on n’y arrive pas », a estimé le responsable dans une déclaration récente.