Opter pour l'Algérie était une décision dure à prendre pour le milieu de terrain du Milan AC et de la sélection algérienne Ismaël Bennacer. C'est ce qu'a révélé le joueur sur le plateau de la chaîne de télévision RMC Sport.

De père marocain et de mère algérienne, Bennacer dit avoir subi « une pression terrible » de la part de son paternel afin d’opter pour les Lions de l'Atlas. « Choisir entre l'Algérie et le Maroc n'était pas une mince affaire pour moi. Mon père me disait qu'il ne m'adresserait plus la parole si j'optais pour l'Algérie », a confié le joueur.

Auteur d'une CAN de premier ordre, Ismaïl Bennacer, qui a été d'ailleurs élu meilleur joueur du tournoi, a avoué qu’il n'a pas regretté son choix. Même « sans ce sacre final de la coupe d'Afrique des nations que nous avons remporté, je n'aurais jamais regretté mon choix pour l'Algérie », a-t-il souligné. Le numéro 4 du Milan AC n’a pas caché, par ailleurs, son enthousiasme et son admiration pour les supporteurs algériens dès son arrivée à l'équipe nationale.

« Je ne regrette pas mon choix »

Le milieu récupérateur des Verts se sent comme un poisson dans l’eau avec les Fennecs qui l’ont vite adopté. Il constitue aujourd'hui une des pièces maîtresses de l'échiquier de Djamel Belmadi. La Fédération algérienne de football, qui a bataillé dur pour l'avoir, a vu juste puisque Bennacer est une valeur sûre pour l'avenir de l'équipe nationale.

Il est utile de souligner que la FAF et son homologue marocaine n’en sont pas à leur premier bras de fer concernant l’enrôlement de joueurs binationaux. Cette fois-ci, c’est le milieu offensif de Nîme (Ligue 1 française), Yacine Benrahou, qui intéresse les deux fédérations. Comme Bennacer, Benrahou, qui est aussi issu d'un père marocain et d'une mère algérienne, subit des pressions de la part de son père pour opter pour le Maroc.