L'ancien capitaine de l'équipe d'Algérie, Antar Yahia, a estimé que la composante de l'actuelle équipe d'Algérie était beaucoup plus talentueuse que celle de sa génération. Le défenseur central s'est également exprimé sur la victoire de l'Algérie face à l’Égypte au Soudan. 

« On ne pouvait pas s'en cacher. Il n'y avait pas le talent de la génération actuelle. On avait des groupes restreints dans l’homogénéité, je veux dire. Aujourd'hui, on a un groupe de 30 joueurs qui se valent pratiquement tous .Nous, on était des joueurs du devoir avec quelques garçons qui avaient plus de talent que nous. On a fait le travail ensemble », a-t-il avoué.

Intervenant en visioconférence à l'émission 100% ligue 1, l'ancien international algérien a estimé que la qualification pour le mondial 2010 face à l'Egypte était grâce à l'esprit guerrier des joueurs. Pour lui, c'est beaucoup plus la hargne que la supériorité technique qui a fait la différence contre les Pharaons à Oum Dourman (Soudan), en match de barrage pour ce mondial FIFA. Antar Yahia a marqué, faut-il le rappeler, le but de la victoire.

Un but et un mach qui sont d'ailleurs restés gravés à tout jamais dans l'histoire du football national. Pour l'ancien joueur de Bastia, de Nice (France) et de Bochum (Allemagne) entre autres clubs, cette rencontre est loin de constituer celle de la renaissance de l'équipe nationale algérienne. Une équipe qui a traversé une longue période de disette. Antar Yahia estime, en effet, que c'est plutôt la victoire contre le Sénégal à Blida (3-2) dans le cadre des mêmes éliminatoires qui a fait repousser des ailes aux Verts.

« Le tournant ce n'était pas l'Egypte en 2009. C'est le Sénégal. Pour se qualifier pour la coupe du Monde, il fallait terminer  deux fois premier du groupe. On fait le premier groupe avec le Sénégal, après tu te retrouves dans le groupe de l'Egypte. Mais si tu ne bats pas le Sénégal, on ne parle même pas de l'Egypte », explique l'homme aux 52 sélections avec les Fennecs.

Lire aussi : Equipe d’Algérie : Le message de Saïd Benrahma à Djamel Belmadi