L'entraîneur de l'équipe d'Algérie Djamel Belmadi a rendu un vibrant hommage à la glorieuse équipe du FLN (Front de libération nationale) dans un entretien accordé au site FootAfrique. Le moins que l'on puisse dire c'est que le champion d'Afrique 2019 avec les Verts n'a pas tari d'éloges sur ce club d'Algérie créé en 1958 en plein guerre d'Algérie. Belmadi s'est montré en effet très admiratif envers Rachid Makhloufi, Abdelhamid Kermali, Mohamed Maouche et leurs coéquipiers.

« Ce sont des hommes avec un grand H »

« J’étais convaincu que le commencement ne pouvait se faire qu’avec cette génération [l’équipe du FLN – Ndlr]. Ce sont ces hommes avec un grand ‘H’ qui ont pris leur destin entre leurs mains. Ils ont réalisé une action absolument héroïque qui, de nos jours, nous parle presque comme un roman. Une histoire très ancienne marquée du sceau du patriotisme, de l’audace et de la générosité. Malheureusement, cette histoire contraste avec ce qu’est devenue notre Algérie », a déclaré Belmadi dans cette interview publiée ce lundi 13 avril.

Pour lui, les joueurs de cette équipe sont tout simplement des héros. « Je connaissais, plus au moins, l’histoire de cette équipe du FLN et en la racontant aux joueurs, j’ai découvert certaines choses qui m’ont donné encore plus d’admiration envers ces hommes-là. Pour moi, ce sont de véritables héros, comme il en existe peu dans ce monde contemporain, ou dans l’histoire. Ils ont réalisé quelque chose de grand à travers le sport. Ils se sont sacrifiés sans trop réfléchir, ou plutôt en réfléchissant, en réfléchissant beaucoup d’ailleurs, parce que lorsque je vois comment ils se sont enfuis de France, ça me rappelle un film que je vous conseille et à vos lecteurs, un film que j’aime beaucoup 'la Grande évasion' » a-t-il ajouté.

À lire aussi :  Karim Benzema 2e meilleur buteur du Real Madrid, derrière Cristiano Ronaldo

« De véritables héros »

« Il m’est apparu donc, incontournable de démarrer avec le groupe par le commencement en expliquant ce qu’est l’Algérie. Ce que ces footballeurs professionnels ont réalisé pour que nous soyons aujourd’hui confortablement installés, à Sidi Moussa, tranquillement, pour préparer des matchs et jouer avec cet écusson, cet étendard, le drapeau qui est le nôtre et notre hymne national. Tout cela qui montre bien le chemin parcouru et que des générations entières ne peuvent oublier », a-t-il asséné.

À la question de savoir qui était le joueur du onze de l'indépendance qui l'inspirait le plus, Belmadi a répondu : « Nous avons souvent tendance à citer cinq à six noms tels Zitouni, Mekhloufi, Bentifour… C’est certainement les plus connus de l’époque, mais il y a également les Aribi Mokhtar, Kaddour Bekhloufi, Boumezrag, Kermali … Ils sont également des héros, vraiment des héros. Et puis, il y a ceux qui les ont rejoints par la suite à Tunis ».

« Ils ont tous la même importance, parce qu’ils ont tous le même degré d’investissement. Nous leur souhaitons longue vie à ceux qui sont de ce monde-là et ceux qui sont morts, on dit Allah Yerhamhoum et puisse Dieu les accepter dans Son vaste Paradis. J’espère enfin que notre gouvernement ne pensera jamais faire assez en les honorant. En ce qui nous concerne, nous essayons juste d’être les dignes héritiers de leur mémoire et de leur histoire. C’est ce que je ressens et ce que j’essaye de partager avec les joueurs », a expliqué l'ancien capitaine de l'Algérie.

À lire aussi :  L'entraîneur du Maroc, Vahid Halilhodžić, démis de ses fonctions

« Cette équipe est la base de notre inspiration »

Connu pour son attachement pour la patrie et son sens du patriotisme, Djamel Belmadi a affirmé que son onze s'inspire de cette glorieuse équipe du FLN. « Avril 1958 a été notre top départ et nous avons construit autour de cette date. Pour ce qui est des similitudes entre ces deux équipes, je dirai que nous avons essayé de mettre en place les valeurs, telles que la motivation, la combativité, l’investissement de groupe, l’unité, la famille … Un peu similaire à ce que nos aînés ont connu en se regroupant à Tunis. Des valeurs sur lesquelles nous avons énormément misé. Dire que durant la CAN nous en avons parlé, serait mentir. Tout a été fait au début avec des rappels, lorsque le besoin se faisait sentir », a également soutenu le sélectionneur national.

Pour terminer, Djamel Belmadi a tenu à réitérer ses hommage à cette équipe. « Bref, je dirai : honneur et grand, grand respect à tous ces messieurs et si vous en avez certains au téléphone même si je ne les connais pas, même si je ne les ai jamais vus, n’oubliez jamais de leur passer le grand Salam de ma part et surtout mes respects. Dommage qu’on soit tous confinés, car j’aurais bien évidemment aimé être en Algérie en cette période là, pour un éventuel hommage ».

À lire aussi :  Karim Benzema 2e meilleur buteur du Real Madrid, derrière Cristiano Ronaldo

Lire aussi : Coronavirus : Djamel Belmadi lance un appel aux Algériens