La Cour d'Alger a rendu son verdict dans le procès des deux détenus du Hirak en Algérie Abdelouahab Fersaoui et Ibrahim Daouadji, en les condamnant respectivement à six mois de prison ferme et à six mois avec sursis. Le verdict a été prononcé tard dans la soirée de dimanche 17 mai. Ayant purgé leurs peines, les deux militants devraient quitter la prison d'El Harrach ce lundi 18 mai.
"Les militants Abdelouahab Fersaoui et Ibrahim Daouadji ont été condamnés en appel à six mois de prison ferme pour le premier et à six mois avec sursis pour le second. Si les poursuites n'étaient nullement fondées car les deux militants n'ont commis aucun crime en exerçant leur droit fondamental à l’expression pacifique, nous nous réjouissons qu'ils quittent la prison dès ce soir et qu'ils retrouvent leur liberté et leurs proches", a déclaré l'avocat et président de la LADDH, maître Noureddine Benissad, dans un communiqué.
Il faut dire que cette nouvelle a été applaudie en Algérie. Des activistes et militants politiques ont, en effet, exprimé leur soulagement suite à la libération des deux détenus. " En attendant les autres", ont commenté certains d'entre eux sur les réseau sociaux.
Prévus à 14 heures, les procès en appel de Abdelouahab Fersaoui et Ibrahim Daouadji ont été ouverts vers 17h30. Les audiences ont duré plusieurs heures. L'attente du verdict fut encore longue pour les familles, les avocats et les militants et activistes algériens qui avaient les yeux braqués sur la Cour d'Alger, qui s'est prononcée vers 23 heures.

Pour rappel, le président de l’association RAJ, Abdelouhab Fersaoui, a été arrêté le 10 octobre 2019. Il a été condamné, le 6 avril dernier, à une année de prison ferme et 20 000 dinars d’amende par le tribunal de Sidi M’hamed. Ibrahim Daouadji, quant à lui, a été arrêté le 10 octobre 2019. Il a été condamné le 9 avril à six mois de prison ferme et à une amende de 50 000 dinars.

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie