L’enquête sur les matchs truqués en Algérie se poursuit et ne cesse de livrer de nouveaux éléments. Ce dimanche 31 mai, le président de l’US Biskra, Benaïssa Abdellah, a jeté un véritable pavé dans la mare. Lors de son audition par la commission de discipline de la LFP,  Benaïssa Abdellah a révélé avoir reçu une offre pour l’arrangement du match de son équipe contre l’ES Sétif.  

Le président de l’US Biskra a révélé, dans une déclaration au quotidien arabophone Ennahar, qu’il avait « reçu un appel de la part d’une personne pour l’arrangement de notre match contre l’ES Sétif ». Abdellah Benaïssa indique qu’il ne peut pas, pour le moment, dévoiler le nom de la personne en question, vu que «  l’affaire est en justice ».

Benaïssa précise qu’il a été entendu ce matin « comme témoin » par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel, dans l’affaire de l’enregistrement téléphonique. Le nom du patron du club biskri a été cité lors de la fameuse discussion téléphonique entre le président de l’ES Sétif, Fahd Halfaya, et l’agent de joueurs Nassim Saâdaoui.

Selon les propos tenus par le principal accusé, Fahd Halfaya, le match de la 21e journée du championnat de Ligue 1 entre l’US Biskra et l’ES Sétif aurait fait objet d’une tentative d’arrangement.

Dans l’enregistrement audio qui a créé un scandale en Algérie, on entend le président de l’ESS dire à son interlocuteur : « Je lui ai demandé d’arranger le match et je lui ai promis les trois points de la rencontre d'El Bordj (Bordj Bou Arreridj, ndlr). Si on gagne à Biskra et le CRB perd à Chlef, on sera champions ». Le boss du CA Bordj Bou Arreridj, Anis Benhamadi, a été également auditionné par le Commission de discipline de la LFP.

A noter que cette nouvelle affaire de trucage de matchs en Algérie a fait réagir au plus haut niveau des instances de football. Une délégation de la FIFA s’est réunie, le 22 mai dernier, avec des responsables de la Fédération algérienne. Il était question de la mise en place d’un département consacré à l’intégrité au sein de l’instance fédérale algérienne, sur ordonnance de la plus haute instance footballistique internationale.

Lire aussi : Algérie : Nouveaux rebondissements dans l’affaire des matches truqués