Le ministère de la jeunesse et des sports a mis en garde, mardi 2  juin, contre l'utilisation d'un complément alimentaire. Il s'agit de Hydroxycut qui peut être mortel, selon le MJS qui a adressé un courrier aux différentes fédérations sportives interdisant à leurs athlètes d'utiliser le complément alimentaire.

La Fédération algérienne d'escrime (FAE) a indiqué en effet sur son compte Facebook que "le MJS a lancé une alerte interdisant formellement la consommation du complément alimentaire Hydroxycut, car susceptible de provoquer la mort".

La FAE tire du coup la sonnette d'alarme et lance un appel en demandant à tous ses "followers" de faire passer le message pour toucher un maximum de personnes et les sensibiliser à temps contre le danger mortel que pourrait représenter ce produit. Notons que ce complément alimentaire Hydroxycut qui est produit par la marque Muscletech est en vente libre en Algérie. Les sportifs l'utilisent généralement pour brûler les graisses et perdre du poids.

Une organisation sanitaire demande le renvoi du produit

Vu le danger qu'il peut présenter pour les athlètes, il est bien légitime de se demander pourquoi le département de Sid Ali Khaldi s'est contenté d'un message de mise en garde ciblant uniquement les fédérations sportives?

La logique voudrait que vu le risque sur l'ensemble des athlètes algériens, l'Etat devrait procéder au retrait pur et simple de ce produit du marché national. A défaut, une campagne de sensibilisation devrait être menée par le ministère de la jeunesse et des sports pour "limiter les dégâts" que risque de causer ce complément.

À lire aussi :  Un footballeur professionnel parmi les harraga arrivés en Italie

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a demandé mardi 2 juin de ne pas consommer "Hydroxycut Hardcore Next Gen" et "Hydroxycut Harcore Elite" de la marque Muscletech en raison d'une teneur trop élevée en caféine. Cette organisation sanitaire implantée en Belgique a demandé d'ailleurs de ramener ces produits au point de vente dans lequel ils ont été achetés.

Lire aussi : Kabylie : Le directeur de la santé de Tizi Ouzou limogé