Le transfert de l’international espoir algérien Naoufel Khacef aux Girondins de Bordeaux est en passe de devenir un véritable scandale judiciaire en France. Le directeur sportif du club, Eduardo Macia, est poursuivi pour « exercice illégal de la profession d’agent sportif » et d'« escroquerie en bande organisée », selon le parquet de Bordeaux, cité vendredi 5 juin par l’AFP.

Titulaire d’une licence délivrée par la Fédération française de football, l’agent de joueurs Mehdi Aït Ahmed, qui s’occupe des intérêts de jeune latéral gauche algérien, est, selon la même source, à l’origine de cette plainte. L’agent sportif, qui est entré en contact avec le club de la Gironde, a été écarté du dossier quelques jours après la signature. Il est, donc, privé de sa commission, estimée à 100 000 euros.

Naoufel Khacef était ensuite lié à de nouveaux représentants, dont une ancienne coiffeuse espagnole du nom de Raquel Herraiz Del Moral. Celle-ci n’est pas autorisée à exercer la profession d’agent en France, mais elle travaille en relation étroite avec la direction sportive de Bordeaux et donc avec Eduardo Macia.

Alors que l’affaire concernant Naoufel Khacef commençait à prendre une tournure judiciaire, les liens entre Éduardo Macia et Raquel Herraiz Del Moral semblent se confirmer. Me Damien Legrand, l’avocat de Mehdi Aït Ahmed, a dénoncé « un système qui vise, en instrumentalisant à son détriment l’agent sportif, à masquer l’intervention d’intermédiaires qui agissent dans la plus totale illégalité ». « Il y a eu en amont une entente pour laisser mon client faire le travail avant de l’écarter. Ces faux mandats démontrent qu’il y a eu une préméditation », indique t-il.

De son côté, le président des Girondins de Bordeaux, Frédéric Longuépée, soutient que « M. Medhi Aït Ahmed est intervenu comme représentant du joueur et non comme agent du club. Le club n’a jamais contesté son intervention et a toujours indiqué qu’il était prêt à payer sa commission dans le respect des règlements ».