L'ancien sélectionneur de l'équipe d'Algérie Rabah Madjer estime que le sacre africain gagné en Egypte l'été dernier est le fruit d'un travail de longue haleine. Pour lui, le mérite revient à l'ensemble des entraîneurs qui se sont succédé à la tête des Verts avant Djamel Belmadi. Ce dernier n'a fait, selon Madjer, que compléter le boulot. 

Pourtant, les observateurs du football en Algérie et même d'ailleurs sont unanimes à dire que Djamel Belmadi a métamorphosé l'équipe nationale. C'est aussi la conviction des joueurs qui ne tarissent pas, d'ailleurs, d'éloges sur leur coach. L'un d'eux, à savoir le capitaine Riyad Mahrez, avait réaffirmé récemment que sans Belmadi, la sélection n'aurait atteint le niveau qui est le sien.

Rabah Madjer ne partage pas tout à fait le même avis. Le prédécesseur de Djamel Belmadi a estimé, dans une déclaration à la chaîne égyptienne Onsports, que le mérite dans ce succès revenait au coach actuel mais aussi à tous les entraîneurs qui avaient mené le bateau avant lui.

« Belmadi a continué le travail »

« Quand un entraîneur travaille dans des conditions difficiles, c’est compliqué pour lui de réussir. Avant l’arrivée de Belmadi, il y avait en place des entraîneurs qui ont laissé leur empreinte. Ils méritent des remerciements », a affirmé Madjer. Et d'ajouter : « Belmadi a continué ensuite le travail. Et avec la stabilité qui régnait au sein de la sélection et la détermination de nos joueurs, on a fini par gagner la CAN en Égypte ».

Ainsi donc, pour Rabah Madjer, lui, Milovan Rajevac, Georges Leekens, Lucas Alcaraz et Cristian Gurcuff, qui se sont succédé à la tête de la barre technique des Fennecs depuis 2014, avec les résultats qu'on connaît, ont tous participé à monter cette équipe nationale, championne d'Afrique en 2019.

Le parcours en demi-teinte de Rabah Madjer avec l’Algérie en tant que sélectionneur

Lors de son dernier passage à la tête de l’EN, Rabah Madjer, engagé en octobre 2017 pour remettre l'équipe sur les rails après une élimination sans gloire de la course au Mondial 2018 en Russie, a finalement été limogé 8 mois seulement après sa nomination. Il a été remercié 17 jours après une quatrième défaite de rang concédée par les Verts en amical face au Portugal à Lisbonne (3-0).

Sous la houlette de Madjer, l'Algérie a enregistré quatre victoires, dont une sur tapis vert face au Nigeria (1-1, puis 3-0) en clôture des qualifications du Mondial-2018. Mais le passage de Rabah Madjer n’a pas été marqué uniquement par des échecs sur le plan technique, il a totalement failli aussi sur le plan relationnel. Le technicien est allé jusqu’à bouder la presse, histoire de contester ce qu’il avait qualifié de « cabale » contre sa personne.

Lire aussi : Équipe d’Algérie : Rabah Madjer a tenté de naturaliser des joueurs irakiens