Le tribunal de Tizi Ouzou a condamné, ce mardi 7 juillet, le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, à deux mois de prison ferme. Cette condamnation intervient suite au procès intenté par l’ancien président du club, Mohand Cherif Hannachi, a-t-on appris de sources concordantes.

Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, a écopé de 2 mois de prison ferme dans l'affaire qui l'oppose à son prédécesseur à la tête du club le plus titré d'Algérie, Mohand Cherif Hannachi. Ce dernier a déposé plainte suite aux propos qu'a proférés Mellal à son encontre et qu'il juge « diffamatoires et insultants ». La défense de l'actuel boss kabyle a, néanmoins, fait appel du verdict prononcé.

Il faut dire que les deux hommes n'ont pas cessé de se livrer une vraie guerre médiatique, depuis l’installation de Mellal à la tête de la JSK. Mais la goutte qui a fait déborder le vase pour Hannachi est cette déclaration de Cherif Mellal, en septembre dernier, après la lourde défaite concédée à domicile face au CRB.

Les graves accusations de Cherif Mellal

En effet, le patron de la JSK n'a pas hésité à ouvrir le feu sur son prédécesseur, Mohand Cherif Hannachi, l’accusant ouvertement d’être derrière les incidents graves qui ont émaillé le match face au CRB. Une rencontre qui n'est pas allée à son bout. « Aujourd’hui, je dois le dire publiquement, c’est Hannachi qui est derrière les actes de sabotage face au CRB. Oui, il est coupable et c’est lui qui paye les voyous pour venir casser la JSK (…). Depuis quelque temps, il tient des réunions secrètes avec des voyous dans un café à Tizi, pas loin du stade du 1er-Novembre. Il incite à la violence et paye des gens pour venir semer le trouble dans les gradins. Son objectif est de casser le club », avait déclaré Chérif Mellal sur le plateau de la chaîne sportive El Heddaf TV.

Des propos que n'a pas acceptés l'ancien président de la JS Kabylie. « Dès que des incidents touchent la JSK, son président Monsieur Cherif Mellal dégage sa responsabilité et pointe gratuitement un doigt accusateur vers Monsieur Hannachi Mohand-Cherif. Trop, c’est trop ! », avait réagi Hannachi. Ce dernier n'a, d'ailleurs, pas tardé à intenter une action en justice pour régler ses comptes avec son successeur devant le juge.

Pour rappel, le président de la JSK, Cherif Mellal, a déjà été condamné à six mois de prison ferme et à 500 000 dinars d’amende, suite à ses déclarations contre le président de l’Olympique Médéa, en mars 2019, à l’issue d’un match ayant opposé les deux équipes.

Lire aussi : JS Kabylie : propos hallucinants de Cherif Mellal contre des supporters