L'Agence nationale de l'édition et de la publicité (ANEP) a changé de président-directeur général dimanche 27 septembre. Larbi Ounoughi n'est plus le patron de l'ANEP depuis dimanche. Il a été remplacé par un ancien cadre de l'ENTV, Adel Kansous.

En effet, Adel Kansous a été installé dimanche dans ses nouvelles fonctions, a annoncé l'APS citant le ministère de la communication. Son prédécesseur n'aura tenu que six mois à la tête de cette institution très convoitée, notamment par les patrons des médias.

Rien n'a encore filtré sur les raisons de ce changement inattendu, mais il est probable que Larbi paye sa sortie médiatique effectuée au début du mois d'août. Une sortie jugée maladroite d'autant plus que l'un de ses prédécesseurs s'est senti obligé de réagir publiquement à certaines de ses déclarations.

Larbi Ounoughi a rendu public les sommes faramineuses dont ont bénéficié des journaux privés grâce à la publicité distribuée par l'ANEP. L’entreprise "a fait l’objet de monopole par des groupes d’influence au pouvoir qui ont fait main basse sur l’ANEP" avait accusé Larbi Ounoughi dans un entretien accordé le 6 août 2020 à deux quotidiens.

Plus de 400 milliards ont été distribués sur des journaux en Algérie. Larbi Ounoughi avait fait savoir qu'une enquête était en cours pour situer les responsabilités dans la gestion de l'ANEP qui a fait que des journaux qui tiraient à 2 000 exemplaires recevaient de l'argent. Des sommes énormes dépensées pour soigner l'image du régime de Abdelaziz Bouteflika.

Le département de Ammar Belhimer a opté pour Adel Kansous ancien rédacteur en chef de la télévision publique. Il est même passé par la direction de la presse au niveau de la présidence de la République avant qu'il ne soit débarqué à l'arrivée du chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune.