A quelques jours du début du championnat, la situation de la JS Kabylie ne rassure pas du tout ses supporters. Les deux défaites essuyées lors du tournoi amical "Smaïl Khabatou" ont suscité davantage d'inquiétude parmi les inconditionnels du club.

Pourtant, le coach et même les dirigeants du club phare de la Kabylie ont assuré plus d'une fois que l'effectif 2020/2021 de la JSK jouerait pour gagner des titres. Les dirigeants n'ont d'ailleurs pas lésiné sur les moyens pour garantir une bonne préparation à leurs poulains en prévision du prochain exercice, dont le coup d'envoi est prévu le 28 novembre.

D'ailleurs, la JS Kabylie fut la première équipe de Ligue 1 à reprendre les entraînements. Elle a, aussi, disputé plusieurs matchs amicaux au cours des stages de préparation qu'elle a effectués et qualifiés de "réussis" par le staff technique.

Cette semaine, le club kabyle a pris part au tournoi amical dédié à feu Smaïl Khabatou. Une compétition durant laquelle les Canaris ont disputé deux rencontres, respectivement face au NA Hussein Dey et au Paradou AC. Les deux matchs ont été ponctués par deux défaites des Kabyles : 2 à 1 face à la Nasria et 1 à 0 devant le Paradou.

Le départ de Mellal toujours réclamé

Certes, il s'agit de matchs amicaux, mais pour les supporters, ces deux revers en disent long sur le potentiel de leur équipe, appelée pourtant à disputer une compétition continentale, en l'occurrence la coupe de la CAF.

Les amoureux du club, loin d'être rassurés par les récentes performances de leur équipe, étaient déjà peu emballés par le recrutement effectué par la direction du club. La JSK, qui a libéré plusieurs de ses joueurs cadres, n'a pas fait venir de grosses pointures durant l'intersaison. Les sorties perdues face au NAHD et au PAC ont confirmé en quelque sorte les appréhensions des supporters.

En plus des résultats techniques peu rassurants, le club kabyle ne semble pas avoir dépassé la zone de turbulences au niveau de la direction et de l'équipe dirigeante. Ce qui risque de se répercuter négativement sur le groupe, qui a besoin de sérénité pour atteindre ses objectifs. Il est à noter que les supporteurs ont tenté de marcher, ce samedi 7 novembre, à Tizi Ouzou pour demander le départ du président Cherif Mellal. La marche a été empêchée par les services de l'ordre à cause de la crise sanitaire du coronavirus.