Le frère de l'international algérien de l'OGC Nice, Hicham Boudaoui, a réagi, jeudi 10 décembre, à la vague de critiques dont fait l'objet son frère, suite à son voyage avec son club en Israël pour y affronter Beer-Sheva, dans le cadre de la dernière journée de la phase de groupes de l’Europa League.

Kamel Boudaoui indique que son frère a fait ce voyage malgré lui. « Hicham a vécu une dure semaine et a subi une terrible pression. Sa famille aussi d'ailleurs », se désole-t-il, soulignant que son frère « a tout fait pour convaincre son club de lui épargner ce déplacement, mais en vain ». Selon Kamel Boudaoui, les dirigeants de Nice, ne voulant rien entendre, ont insisté pour qu'il soit du voyage. « On lui a fait comprendre que son club comptait énormément de blessés et qu'il était donc impossible de le dispenser », explique-t-il encore.

« Mon frère a tout fait pour ne pas être du voyage »

Kamel Boudaoui a conjuré le public algérien de comprendre son frère et lui épargner les hostilités. « Hicham est très jeune et il subit une énorme pression à Nice. Toute la famille s'inquiète pour lui après cette histoire », fait-il savoir.

Il faut dire que le joueur a été descendu en flammes par certains internautes algériens. Jeudi 10 décembre, deux présidents de partis politiques islamistes se sont mêlés à cette campagne d'acharnement sur l'international algérien. Il s'agit de Abdelkader Bengrina (mouvement El Binaa) et Abderrazak Makri (MSP) qui n'ont pas hésité à « lyncher » le joueur, à leur tour.

À lire aussi :  Algérie-Guinée : Sur quelles chaînes suivre le match

Le déplacement de Boudaoui en Israël dans le cadre sportif a pris une allure d'« affaire d'Etat ». « On dirait que c'est l'Algérie qui a normalisé avec Israël », a ironisé un des internautes qui ont défendu le joueur.

« On dirait que c'est l'Algérie qui a normalisé avec Israël »

Face aux critiques acerbes qui ciblent Hicham Boudaoui, beaucoup d'Algériens se sont solidarisés avec le joueur. Son coéquipier en équipe nationale, le gardien Azzedine Doukha, en fait partie. A travers une publication sur sa page Facebook, ce keeper a condamné les attaques dont fait l'objet Boudaoui. Il fait remarquer que c'est « un salarié, et par conséquent, il devait appliquer les recommandations de son club employeur ».

Pour l'histoire, Hicham Boudaoui n'a joué qu'une mi-temps (la seconde) de ce fameux match perdu d'ailleurs par son équipe (1-0). L'OGC Nice quitte donc prématurément L'Europa League, en terminant à la dernière place de son groupe au premier tour.