Les incidents qui ont émaillé la manifestation des supporters du Mouloudia d'Alger (MCA) au siège de Sonatrach ne sont pas restés sans suite. En effet, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a prononcé le limogeage de quatre chefs locaux de la police, en guise de sanction suite au dérapage qui a eu lieu dans les locaux de la Direction générale de Sonatrach.

En fait, la DGSN a mis fin aux fonctions de trois chefs de sûreté et d'un chef local des Renseignements généraux. La sentence est tombée mercredi 3 février et elle a touché le chef de la sûreté de daïra de Bir Mourad Raïs et celui de la sûreté urbaine de Hydra. Ce sont les premiers concernés dans la mesure où les échauffourées du 1er février ont eu lieu sur leur territoire.

Aussi, le chef du service des renseignements généraux de la sûreté de daïra de Bir Mourad Raïs a subi la colère de ses supérieurs, au même titre que le chef de la sûreté de la daïra de Bab El Oued. Ce dernier paie le fait que les supporters du MCA ont démarré de son territoire de compétence. Les services de sa structure n'ont pas transmis des informations sur le départ des supporters du Mouloudia vers le siège de Sonatrach à Hydra.

À lire aussi :  L'entraîneur du Maroc, Vahid Halilhodžić, démis de ses fonctions

35 supporters du MC Alger devant le juge

Donc, deux chefs de sûreté de daïras, un chef de sûreté urbaine et un chef local des renseignements généraux paient pour les actes de vandalisme ayant touché le siège de la direction générale de Sonatrach à Alger. Et ce, en plus des 35 supporters appréhendés par les éléments des services de sécurité et qui sont présentés ce jeudi 4 février devant le tribunal de Bir Mourad Raïs.

Pour rappel, des dizaines de supporters du MC Alger ont manifesté, lundi 1er février, contre la situation de leur club. Ils s'étaient dirigés vers le siège de la direction de Sonatrach à Hydra, mais une fois sur place, ils ont dérapé en déclenchant des échauffourées. Les actes de vandalisme qui y ont eu lieu ont coûté plus de trois millions de dinars.