Le footballeur algérien Riyad Mahrez a été victime d’une escroquerie de 175 000 livres sterling. L’information a été donnée par le tabloïd anglais The Sun, qui révèle que l’escroc a usé d’une fausse identité du joueur algérien pour demander une deuxième carte de crédit, qu’il utilisera durant plus de cinq semaines avant que Mahrez ne se rende compte du pot aux roses. 

La justice anglaise s’est penchée sur l’affaire d’un escroc qui a détourné la somme de 175 830 livres sterling (environ 4 milliards de centimes algériens) du compte de la star algérienne de football, Riyad Mahrez. D’après The Sun, les faits remontent à 2017, lorsque Mahrez jouait avec Leicester City. Un homme, nommé Sharif Mohamed et âgé de 32 ans, a réussi à obtenir une carte de crédit au nom de Riyad Mahrez de la banque Barclays, où l’international algérien avait un compte bancaire.

Riyad Mahrez ne s’en est rendu compte qu’après plus d’un mois

Ce n’est qu’au bout de cinq semaines que le capitaine de l’équipe d’Algérie a découvert un trou dans son compte et a bloqué la carte de crédit obtenue par usurpation d’identité. Pendant ce temps-là, l’escroc avait dépensé un total de 175 830 £. Dans sa frénésie de dépenses, il a déboursé 20 000 £ rien qu’en champagnes, dans des bars de plage, et en vêtements à Ibiza. La même source ajoute que l’escroc a également séjourné dans un hôtel de luxe à Londres, et a utilisé la carte de crédit en question pour financer des jeux de hasard dans un casino, sur le compte de l’attaquant algérien de Manchester City.

Commentant l’affaire, Mick Neville, ancien inspecteur en chef du Met Dea, a déclaré au Sun : « Le plus incroyable, c’est que quelqu’un peut dépenser 175 000 £ sur une carte bancaire sans même que le perdant s’en rende compte ».

Lors du procès, l’accusé a reconnu les faits et a plaidé coupable. Son avocat a soutenu que son client « buvait et prenait de la drogue » pendant cette période, et avait du mal à « se souvenir en détail » des faits. Il a plaidé, devant le tribunal, pour l’application d’une peine avec sursis. Le prévenu a été libéré sous caution et sera rappelé le 25 février prochain pour connaître sa sentence.

Rappelons qu’en mai 2020, l’international algérien Riyad Mahrez avait déjà été victime d’un cambriolage. Les malfaiteurs, qui sont entrés par effraction dans son appartement, ont mis la main sur plusieurs objets de valeur, dont trois montres de luxe qui valent plus de 300 000 livres sterling au total.