La Fédération algérienne de football (FAF) tiendra son Assemblée générale ordinaire (AGO) lundi 5 avril avec, à l'ordre du jour, l'installation de la commission chargée d'organiser l'Assemblée élective du 15 avril et l'adoption du bilan moral et financier de la fédération. A savoir si les membres de l'AGO vont adopter ou rejeter le bilan en question, surtout avec certaines dépenses étranges.

En effet, le rapport contenant le bilan moral et financier de la FAF, traité par le quotidien Liberté, révèle des chiffres inexplicables, particulièrement dans le chapitre des dépenses. Des chiffres que les membres de l'Assemblée générale pourraient considérer comme de la dilapidation ou du gaspillage. D'ailleurs, il est possible que certains membres saisissent le contenu de ce rapport pour régler leurs comptes avec le président de la FAF, Kheïreddine Zetchi.

La FAF a, en effet, dépensé la coquette somme de 1.2 milliard de centimes en frais de téléphone et d'Internet. Sur les 170 millions de centimes dépensés pour l'achat de fournitures de bureau, près de 100 millions ont servi à acheter des disques amovibles (clés USB). Les membres de l'AGO trouveront certainement des choses à dire à ce propos.

En outre, la Fédération algérienne de football a acheté, pour 171 millions, du carburant, durant cet exercice. Aussi, elle a dépensé 684 millions de centimes en articles d'entretien alors que l'électricité, le gaz et l'eau ont coûté plus de 477 millions de centimes.

À lire aussi :  Entre l'Algérie et la France, Yacine Adli a tranché

20 milliards d'indemnités pour un ex-sélectionneur

Mieux encore, la FAF a payé plus de 1.4 milliard de centimes en honoraires d'avocats pour des affaires qui ont coûté un argent fou à l'instance présidée par Kheïreddine Zetchi. Parmi ces affaires, il y a celle de l'ex-sélectionneur national, l'Espagnol Lucas Alcarez, qui a coûté la bagatelle de 20 milliards de centimes à la Fédération.

Il faut dire que, globalement, les recettes de la FAF couvrent ses dépenses globales. Ces dernières ont atteint la somme de 192 milliards de centimes, alors que les recettes ont dépassé les 200 milliards de centimes. Parmi les recettes, il y a les 35 milliards que le ministère de la Jeunesse et des Sports a attribués à la FAF et les 20 milliards qui constituent les revenus émanant de la FIFA. Il faut ajouter surtout les 100 milliards de produits de sponsoring, dont 8 milliards de Condor et les 4 milliards de Coca-Cola.

Lire aussi : Présidence de la FAF : Rabah Madjer évoque sa candidature