Le MC Alger est sommé de payer un véritable pactole à l'un de ses anciens joueurs, le Camerounais Eva Wankewai Rooney, au risque d'être durement sanctionné. En effet, la Fédération internationale de football (FIFA) a tranché en faveur de l'ex-Mouloudéen dans le conflit qui oppose les deux parties depuis quelques mois.

Dans cette affaire, le MCA semble pourtant être victime d'une arnaque pure et dure. Le MCA se retrouve, pour ainsi dire, dans la peau de l'arnaqué qui doit payer son arnaqueur. Il faut dire que dans ce « scandale », les dirigeants du MC Alger, ceux qui ont recruté ce joueur, se sont fait avoir comme des débutants.

Tout a commencé à l'été 2019. Les dirigeants du club, à leur tête l'ancien président Omar Ghrib, venaient de se targuer d'avoir fait signer « un grand attaquant international camerounais ». L'épreuve du terrain a, cependant, vite calmé leurs ardeurs. Le joueur a déçu et supporteurs et staff dirigeant, en montrant ses limites. Le doute est ainsi installé dans la maison du doyen quant à la véracité des documents présentés par « Rooney » concernant son statut d'international. « Est-il vraiment un international ? » se demandait-on.

Des dirigeants responsables de cette arnaque

Les doutes de la direction du MCA ont été vérifiés. La fédération camerounaise de football, saisie par son homologue algérienne, la FAF, et par le club, a confirmé, dans sa réponse, que ce joueur ne figurait pas sur la liste des internationaux de ce pays. Rooney avait donc falsifié son attestation d'international exigée en Algérie pour évoluer dans son championnat.

À lire aussi :  Grande perdante de la CAN 2021, l'équipe Algérie se prend une sanction par la CAF

C'était en 2020 et il était déjà trop tard. Le joueur s'était engagé pour 3 ans. Le MCA s'est donné le droit de résilier unilatéralement le contrat de son attaquant. Chose qui n'a pas été pour plaire à Rooney qui est allé se plaindre à la FIFA. Cette dernière a finalement tranché en sa faveur, rejetant la plaidoirie du MCA.

Le club algérien est, donc, sommé de payer 12 milliards de centimes au joueur dans un délai de 45 jours. A défaut, il se verra interdire de recrutement durant les trois prochains mercatos. Toutefois, le MCA a introduit un recours et espère cette fois-ci avoir gain de cause.

Lire aussi : Compétitions africaines: Le CRB, le MCA et l’ESS assurent, la JSK peut espérer