Le football algérien est secouée par un affaire de racisme. La victime est le joueur nigérien du NC Magra, Boubacar Haïnikoye Soumaïna, qui, lors du match de son équipe contre la JS Saoura, joué samedi 29 mai à Bechar, il a essuyé des propos racistes de la part des dirigeants du club adverse. C'est ce que révèle la Fédération algérienne de football. 

Ce dérapage a été dénoncé, ce lundi 31 mai, par le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Charaf-Eddine Amara, dans un communiqué diffusé ce lundi 31 mai. Tout en condamnant le racisme sous toutes ses formes, le président de la FAF a fait état, dans son document, de quelques détails relatifs à l'incident : « A l’occasion du match de football de Ligue 1 JS Saoura/NC Magra. Des racistes abjects s’en sont alors pris au joueur nigérien Boubacar Haïnikoye Soumaïna en raison de son origine subsaharienne et de la couleur de sa peau ».

La FAF dénonce

« Certes, la victime de cet acte de racisme nauséabond souligne elle-même que "c’est la première fois qu’elle vit des propos racistes" et que durant sa carrière sportive en Algérie, "du CRB à NC Magra", le footballeur a "fait tous les stades et rencontré de belles personnes" qui lui ont témoigné "amour et soutien à chaque fois". Mais cette nouvelle expression de l’abomination raciste autour d’une aire de jeu est une manifestation ségrégationniste de trop, car, comme le dit Boubacar Haïnikoye Soumaina, exemple d’éducation et de sérieux par excellence, le racisme n’a pas sa place dans notre football », ajoute le président de la FAF.

À lire aussi :  La CAF dénonce « les propos inacceptables » du président de Naples sur la CAN

Charaf-Eddine Amara n'a pas hésité à tirer à boulets rouges sur les auteurs de cet acte : « Il faut que des voix vigoureuses et nombreuses s’élèvent avec force dans le pays pour dénoncer toutes les manifestations de l’abjection raciste », écrit-il. « Président de la FAF, j’appelle solennellement les pouvoirs publics à appliquer, avec la célérité et la rigueur nécessaires, les dispositions de cette loi relatives à toutes les manifestations du racisme et de la haine dans les stades », insiste-t-il.

La réaction de la JS Saoura

Cette sortie du président de la FAF a interpellé les dirigeants de la JS Saoura qui n'ont pas mis beaucoup de temps à réagir. Dans un communiqué rendu public sur sa page Facebook, la JSS s'est dite surprise par ces « allégations ». Le club dément ce qui a été rapporté par la FAF, assurant qu'aucun de ses dirigeants n'a été auteur d'un acte raciste contre le joueur nigérien : « Les membres du staff technique, les dirigeant, les joueurs, le personnel ainsi que les supporters du club sont pour la plupart des hommes de couleur », a fait remarquer le club.

Lire aussi : Allemagne : Djamel Belmadi dénonce les propos racistes à l’encontre de Bentaleb