La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé l’ouverture d’une enquête disciplinaire en réaction à « un envahissement de terrain » survenu lors de la finale de la Coupe de la Confédération africaine qui a opposé, le 10 juillet à Cotonou, le Raja Casablanca à la JS Kabylie (2-1).

Apparemment la finale de la Coupe de la CAF, qui avait opposé les Algériens de la JS Kabylie aux Marocains du Raja Casablanca le 10 juillet dernier au Benin, n’a pas livré tous ses secrets. En effet, la Confédération africaine de football (CAF) a annoncé le 14 juillet l’ouverture d’une enquête disciplinaire sur une invasion de terrain qui a suivi la victoire finale du Raja.

La CAF ouvre une enquête disciplinaire contre la JSK et le Raja Casablanca

« Suite aux incidents survenus lors de la finale de la Coupe de la Confédération Total Energies de la CAF entre le Raja Club Athletic et la JS Kabylie à Cotonou, le samedi 10 juillet 2021, la CAF annonce l’ouverture d’une enquête disciplinaire », écrit l’instance continentale dans un communiqué publié le 14 juillet sur son site officiel.

Envahissement de terrain après la fin du match Raja – JSK

La même source précise qu’« après le coup de sifflet final, un groupe de supporters a envahi l’aire de jeu et perturbé la cérémonie officielle de remise des médailles et des trophées ». Dans son communiqué la CAF « condamne fermement ces comportements inacceptables, nuisibles à l’image d’une de ses compétitions. Elle a ouvert une enquête disciplinaire afin de déterminer les responsabilités de ces débordements et appliquer d’éventuelles sanctions, dans le but d’empêcher que de tels incidents ne se reproduisent ».

La CAF menace d’appliquer des sanctions

Toutefois, à la lecture du contenu du communiqué, il en ressort que la CAF n’a pas précisé l’identité des personnes coupables d’envahissement de terrain à l’issue de la finale de la Coupe de la CAF entre la JS Kabylie et le Raja Casablanca. Autrement dit, jusque là, la CAF n’accuse aucune des deux équipes. Ce qui veut dire que le verdict sera connu à l’issue de l’enquête ouverte par la CAF.