Un judoka algérien a décidé de déclarer forfait aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, pour ne pas avoir à affronter un adversaire israélien dans sa partie de tableau. Le judoka algérien a justifié sa décision par « la défense de la cause palestinienne ». 

Le judoka algérien Fethi Nouri se retire des JO de Tokyo à cause d’Israël

Le judoka algérien Fethi Nourine ne participera pas aux Jeux olympiques 2020 qui s'ouvrent officiellement ce vendredi 23 à juillet à Tokyo, la capitale du Japon. Le judoka algérien a choisi de renoncer à la compétition pour éviter un potentiel affrontement avec un Israélien. Fethi Nourine devait d'abord affronter le Soudanais Mohamed Abdalrasool lundi 26 juillet, au premier tour dans la catégorie des moins de 73 kg, avant de combattre l'Israélien Tohar Butbul au tour suivant.

« On ne se salit pas les mains, en affrontant un Israélien ! » déclare Fethi Nourine

« Nous avons travaillé dur pour nous qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo, mais la cause palestinienne est plus grande que tout cela », a déclaré le judoka algérien Fethi Nouri, jeudi 22 juillet à la chaîne de télévision Ennahar TV. « Nous n’allons pas faire lever le drapeau israélien et on ne se salit pas les mains, en affrontant un Israélien ! »,  a ajouté le judoka algérien.

À lire aussi :  Un Franco-Algérien au cœur d'une grave affaire impliquant le président du PSG Nasser al-Khelaïfi et le Qatar

« Nous refusons la normalisation. Nous avons pris la bonne décision », justifie l’entraîneur de Fethi Nourine

Ainsi donc, l’athlète algérien a décidé de jeter l'éponge avant même l'entame du tournoi olympique. « Nous refusons la normalisation. Nous avons pris la bonne décision », a expliqué Amar Benyekhlef l’entraîneur de la sélection nationale de judo, dans une déclaration reprise par plusieurs médias algériens.

Fethi Nourine s'est déjà retiré des Mondiaux 2019 pour la même raison

Ce n’est pas la première fois que le judoka algérien Fethi Nourine se retire d’une compétition pour ces raisons. Il avait également agi de la sorte lors des Mondiaux 2019 de Tokyo pour ne pas affronter un adversaire d’Israël. L’Algérie refuse encore la normalisation de ses relations avec Israël, au contraire de nombreux autres pays arabes dont le Maroc, en raison de sa position très ferme dans le conflit israélo-palestinien.

Ce n’est pas la première fois que les tensions israélo-arabes s’invitent dans les JO

Ce n’est pas la première fois non plus que les tensions israélo-arabes s’invitent dans le judo. Aux JO 2016 de Rio, le judoka égyptien Islam El-Shehaby avait refusé de serrer la main de son adversaire israélien, victorieux à l’issue du combat. L’incident diplomatique avait été évité puisque l’État égyptien, en paix avec Israël depuis 1979, avait exhorté son athlète à respecter le règlement.