Du nouveau dans l'affaire des paris suspects, en France, sur un match de championnat de Ligue 1 algérienne. Cette affaire, qui remonte à 2018 a été traitée par la justice française.  Sept Français ont été arrêtés dans l’est de la France dans le cadre de l'enquête sur ce match disputé lors de la saison 2018-2019 entre le DRB Tadjenanent et l'ES Sétif.

La genèse de l'affaire remonte au 12 mai 2018. À l’époque, l’équipe du DRB Tadjenanet, menacée de relégation et qui joue actuellement en Ligue 2, recevait l’ES Sétif, champion d’Algérie sortant mais classé en milieu de tableau, pour le compte de la 29e et avant-dernière journée de Championnat algérien de Ligue 1. Le match s'est soldé par 3 buts à 2 en faveur du DRBT. Au cours de la rencontre, l'arbitre a sifflé trois penaltys, un pour Tadjenanet et deux pour Sétif.

France : Affaire de paris suspects sur un match de Ligue 1 algérienne

« La nuit précédant la rencontre entre le DRBT et l'ESS, plusieurs opérateurs de paris en ligne avaient enregistré des opérations inhabituelles. Des parieurs, domiciliés dans l’est de la France, ont placé des sommes anormalement élevées sur une victoire de Tadjenanet sur le score exact de 3-2, une issue pourtant hautement improbable », a indiqué à l'époque des faits une source au quotidien L'Equipe.

À lire aussi :  Une ancienne star du football veut une Coupe du monde en Algérie

La même source a souligné que « cette nuit-là, près de 5000 euros sont misés en France, notamment depuis la région de Metz, sur des sites de paris en ligne, dont Winamax, PokerStars, Betclic et PMU, entraînant des pertes de plus de 100'000 euros pour ces derniers ». La cote sur le résultat exact de 3-2 était comprise entre 30 et 40 contre 1 chez les différents opérateurs.

Plusieurs personnes arrêtées en France dans l'affaire du match DRBT-ESS

Cette affaire avait fait réagir la justice française, qui a ouvert en mai 2019 une enquête. Sept personnes ont été interpellées le 14 mai 2019 en Moselle par des policiers du service central des courses et jeux (SCCJ) dans le cadre d’une enquête sur des paris suspects pris en France et liés à cette rencontre de Ligue 1 algérienne entre le DRB Tadjenanet et l'ES Sétif.

Le 15 mai, deux des sept personnes interpellées ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire à Nancy. Les cinq premières personnes avaient été placées en garde à vue et deux autres entendues en audition libre.

Le parquet de Nancy prononce un non-lieu

Il aura fallu attendre plus de deux ans pour que le procès de cette affaire ait enfin lieu au début de ce mois d’août 2021. Selon le quotidien L'Equipe de ce vendredi 6 août, le parquet de Nancy a rendu une ordonnance de non-lieu dans cette affaire. L’enquête, qui a débuté en mai 2018, s’est terminée sans poursuites, ajoute la même source qui précise que le dossier été refermé en raison d’une difficulté de qualification pénale.