Rachid Dali, ancien attaquant international de la JS Kabylie des années 1970, est décédé ce jeudi 23 septembre à l’âge de 74 ans à la suite d’une longue maladie, a indiqué la chaîne Berbère Télévision.

Souffrant depuis plusieurs années à la suite d’un accident de la circulation, le légendaire buteur de la JSK et de la sélection algérienne a rendu l’âme dans la matinée de ce jeudi à son domicile à Béjaïa, dans la région de Kabylie. L’enterrement de Rachid Dali est prévu pour ce vendredi 24 septembre après la prière du Dohr au cimetière Sidi Mhand Ameqran à Béjaïa.

Rachid Dali est né le 30 décembre 1947 à l’ex-rue Saint-Michel du quartier Bab Louz à Béjaïa-ville. Apres avoir évolué au sein de la JSM Béjaia de 1964 à 1972, il a rejoint la JS Kabylie avec laquelle il est resté jusqu’en 1977.

Rachid Dalli a gagné trois championnats et une Coupe d’Algérie avec la JSK

Rachid Dali est considéré par beaucoup d’observateurs amoureux du ballon rond comme l’un des tous meilleurs attaquants de l’histoire du football algérien.

Le légendaire buteur fait partie des meilleurs attaquants de l’histoire de la JSK avec laquelle il a remporté le championnat en 1973, 1974 et 1977, et la Coupe d’Algérie en 1977, mais aussi de l’équipe nationale (12 buts en 29 sélections).

Il rejoint la JS Kabylie en 1972 en provenance de la JSMB

Rachid Dali a raccroché les crampons en 1977 alors qu’il avait juste 30 ans pour se consacrer à sa vie familiale et professionnelle loin du football. En 1989, Dali a décidé de s’installer en France, et plus précisément à Paris,  avec sa famille.

En 1990, Rachid Dali était victime d’un grave accident en France

Une année plus tard, l’ancienne star kabyle, a été victime d’un grave accident de la circulation qui lui a laissé des séquelles. Blessé gravement au pied, Rachid Dalli, qui a séjournée longuement à l’hôpital a perdu de ses forces avant de tomber gravement malade.

On l’appelait le « Bracelet Imazighen »

Durant ces dernières années sa santé à gravement décliné ce qui a nécessité de longs séjours dans les hôpitaux entre la France et l’Algérie. Ses apparitions publiques sont devenues d’ailleurs rares en raison de son état de santé fragile.

Rachid Dali, que les supporters kabyles surnommaient à l’époque de sa gloire « Ameqyas Imazighen » ( le Bracelet Imazighen) pour ce qu’il représente comme trait d’union entre les berbères d’Algérie,   restera a jamais gravé dans les mémoires des amoureux de la balle ronde kabyle.