Nadia Matoub et Lounes Matoub
Nadia Matoub et Lounes Matoub

Le conflit qui oppose Nadia Matoub, veuve du chantre et rebelle de la Kabylie Matoub Lounes assassiné le 25 juin 1998, à sa belle-sœur Malika Matoub, date de Vingt ans. Cependant, les derniers développements et les démarches de cette dernière visant à ériger un musée pour son défunt frère, financé par le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika et l’opposition farouche de sa veuve, a poussé Kabylie News rubrique d’ObservAlgérie, à enquêter sur les dessous de l’affaire. 

C’est à la demande de Malika Matoub que le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika a répondu favorablement en accordant le «financement et le soutien, pour la réalisation d’un musée dédié au patrimoine culturel et artistique du défunt chanteur Matoub Lounes», a indiqué un communiqué du ministère de la culture rendu public à la fin du mois d’août écoulé.

Selon des proches de Nadia Matoub, celle-ci s’oppose au projet qui guette à «récupérer la mémoire du chantre opposant et défenseur des causes justes et tuer sa mythique symbolique du rebelle indomptable de Kabylie» nous confie-t-on. Elle serait selon les mêmes sources déterminée à arrêter immédiatement les atteintes au «patrimoine matériel et immatériel» de son défunt époux.

Les travaux ont bel et bien commencé

Des témoins oculaires ont indiqué à Observalgérie avoir constaté un début de travaux dans la demeure de Matoub Lounes. Une transformation de fond en comble est prévue dans la maison du chanteur, devenue une véritable destination de pèlerinage pour tous les admirateurs du chantre de l’Amazighité.

Recours à la justice

Nadia Matoub «a fait recours au référé-suspension auprès du tribunal de Tizi-ouzou pour obtenir la suspension des travaux qui dénaturent la maison de Matoub Lounes en attendant le jugement sur le fond du litige l’opposant à Malika Matoub, dont une procédure pour dresser l’inventaire successoral du défunt auprès du même tribunal » a t-on appris.

La démarche de Nadia Matoub vise, selon nos sources, à «faire barrage au projet du musée qui risque de dénaturer l’environnement, dilapider le patrimoine matériel et récupérer la mémoire de Matoub Lounes par des cercles qu’il a combattus de son vivant» affirme-t-on.

«La situation de l’indivision du patrimoine de Matoub Lounes va permettre à sa veuve de peser dans les décisions le concernant, en faisant valoir ses droits comme héritière» ajoute-t-on.

 

… A suivre.