Montage Photo: Donald Trump- Algérie
Montage Photo: Donald Trump- Algérie

La Russie est le premier fournisseur d’armes pour l’Algérie. Alger risque-t-elle des sanctions de la part de l’administration de Donald Trump, en cas de nouveaux contrats d’acquisitions d’armes russes ? D’après les autorités américaines, elles n’auraient pas encore pris de décisions quant aux sanctions à imposer vis-à-vis des acheteurs potentiels de l’armement russe, mis à part une entité chinoise.

En effet, Washington a annoncé avoir sanctionné ce jeudi 20 septembre, le Département de développement des équipements, organisme chinois supervisant les technologies militaires, qui avait acheté des avions de chasse Su-25 et des systèmes de défense S-400 à la Russie, en violation d’une loi américaine sur des sanctions contre Moscou adoptée l’an dernier, ainsi que son directeur, Li Shangfu, rapporte l’agence de presse Russe Sputnik News.

L’entité chinoise demeure la première entité étrangère sanctionnée par les USA, parce qu’elle a acheté des armes russes, depuis l’adoption de la loi pour contrer les adversaires de l’Amérique par des sanctions adopté en 2017 par le Congrès américain pour punir les activités «malveillantes» de la Russie. Une liste noire allongée avec 33 personnes et entités russes a été également publiée.

L’Algérie a privilégié la Russie comme partenaire principal dans son opération de modernisation de son armement en profitant de la rente pétrolière généreuse des années 2000. Plusieurs équipements militaires russes sophistiqués ont été acquis par Alger, dont les missiles balistiques Iskander-E, les systèmes de défense antiaérienne et antimissile, S-300 et le e système de commandement et de contrôle automatisé Polyana D4M1.

Alger choisira t-elle de freiner sa coopération militaire avec la Russie pour éviter d’éventuelles sanctions américaines? La réponse se fera connaitre dans les mois à venir, même si le gros des contrats d’achat d’armement russe a été déjà écoulé avant le choc pétrolier et la crise économique qui a secoué l’Algérie en 2014.

Lire également: Donald Trump fait du chantage à l’Afrique