Législatives de 2017 l’opposition mise à mal !
Législatives de 2017 l’opposition mise à mal !

La réunion, cet après-midi, de quelques membres de l’Instance de suivi et de coordination de l’opposition (ICSO), au siège du MSP n’a pas été un moment fort pour les partis y siégeant. Ainsi, hormis l’absence remarquée de plusieurs membres, notamment, le parti de Djabllah (FJD), d’Ennahda et d’El Bina, les quelques présents n’ont fait, à vrai dire, que tenté d’instrumentaliser l’Instance pour des fins électoralistes. Tous participants aux élections, exception faite du parti de Benflis, le communiqué final n’est autre qu’une annonce de la mort de l’Instance.

Ils ont souligné, visiblement sans grande conviction, que les membres se préoccupent (sic) «face aux souffrances de pans entiers de la société à cause des fausses solutions du pouvoir». Une généralité que même les hommes du pouvoir ne cessent de le clamer.

Sur un autre volet, ils ont tenté de défendre le droit des partis qui boycottent les élections prochaines « à la parole », justifiant que concernant la participation qu’elle est «une affaire interne aux partis et que, en tant que structure de coordination elle n’a  aucun avis ni consigne à donner ».

Ceci dit, le conglomérat de l’opposition n’a pas tenu longtemps devant les appétits électoralistes de ses membres. Ces mêmes membres qui, d’un côté, appellent à une transition dite démocratique, mais participent aux élections prévues et organisées par le même régime auquel il exige une transition pour sa substitution.

Kahina Ouhocine

Qu'en pensez vous ?