Le premier ministre Ahmed Ouyahia a cassé un tabou en Algérie. Il est le premier haut responsable à appeler clairement à des relations assumées avec les «anciens d’Algérie» ou les «pieds-noirs» dans un discours  prononcé à l’Hôtel El Aurassi à Alger, à l’occasion de la cérémonie de remise du trophée de la meilleure entreprise algérienne exportatrice hors hydrocarbures pour l`exercice 2017 « Trophée Export 2017 ».

En effet, le premier ministre algérien appelle les opérateurs économiques algériens à se tourner vers l’exportation en s’appuyant sur la communauté algérienne à l’étranger ainsi que la communauté des «pieds-noirs» ou ce qu’il a appelé «les anciens d’Algérie» qui, selon Ahmed Ouyahia, «peuvent ouvrir des portes pour approcher des marchés extérieurs ».

Le Premier ministre a, toutefois, souligné que si l’Etat invite les opérateurs économiques à avoir une approche qualitative, de plus en plus professionnelle et agressive à l’extérieur dans la conquête de nouveaux marchés, « il (Etat) commencera dans quelques années à graduer le soutien à l’exportation selon la valeur ajoutée ».

« Celui qui exporte un produit 100% algérien bénéficiera du soutien le plus important, celui qui fait de l’intégration bénéficiera d’un soutien à la hauteur de son taux d’intégration, celui qui fait du simple façonnage, aura accès a un bénéfice qui reflète le niveau de sa prévalue », a expliqué M. Ouyahia.

Une première

 

C’est la première fois qu’un haut responsable de l’Etat algérien fait appel à la communauté des pieds-noirs pour «aider l’Algérie» après près de 56 ans de leurs départs forcés.

Les pieds-noirs d’Algérie sont des descendants des colons français venus d’Europe après la colonisation de l’Algérie en 1830. En 1962, près de 650 000 personnes quittent l’Algérie pour se replier dans leur grande majorité en France. Ils forment ce que l’on nommera désormais les rapatriés d’Algérie, qu’ils soient regroupés sous le vocable devenu si familier de pieds-noirs, de juifs d’Algérie ou de harkis.

Lire: France. «Un nouvel Israël» : Les pieds-noirs veulent «acquérir un territoire en Algérie pour créer un Etat»