Photo montage : Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika
Photo montage : Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika

Le roi du Maroc, Mohamed VI a appelé à consolider les relations bilatérales avec l’Algérie. En effet, à l’occasion du 43e anniversaire de la « marche verte », le souverain marocain a appelé à «tendre la main aux frères en Algérie afin de travailler ensemble à surmonter les divergences bilatérales».

Dans son discours, le roi Mohamed VI a proposé de «relancer les relations bilatérales». Il est donc important pour lui de mettre en place «un mécanisme politique entre les deux nations voisines. Et de laisser place au dialogue et à la concertation, tous deux destinés à régler les différends entre les deux pays ».

Ce mécanisme devrait instaurer la paix et favoriser la coopération pour traiter différentes questions bilatérales, notamment celles relatives aux développements économiques dans la région du Maghreb.

Anniversaire du Sahara Occidental, une coïncidence ?

Le moment choisi pour faire la promotion d’une telle initiative n’aurait pas été laissé au hasard. Cette annonce du Roi coïnciderait avec l’anniversaire de la colonisation du Sahara Occidental. Cela devrait amener l’Algérie à considérer son offre avec méfiance, et d’essayer d’analyser profondément l’offre marocaine.

Une bonne nouvelle pour l’UMA ?

Avec une telle annonce le Maroc aurait tout à gagner, et les pays Maghrébins aussi. Cela donnerait de l’espoir pour l’Union du Maghreb arabe (UMA), dont le siège du secrétariat général est situé à Rabat, au Maroc.

Cette organisation économique et politique formée par l’Algérie, la Libye, le Maroc, la Tunisie ainsi que la Mauritanie est restée inactive depuis 1994. L’UMA n’a, aujourd’hui, que peu d’influence sur la politique de ses États membres.

Le Conseil des chefs d’État ne s’est plus réuni pendant 24 ans, et l’Organisation gouvernementale reste prisonnière des différends entre chacun des pays, dont le conflit du Sahara Occidental qui a souvent opposé l’Algérie au Maroc. Les relations diplomatiques devraient se démêler pour redonner vie à cette organisation.