Photo : drapeau algérien et drapeau français
Photo : drapeau algérien et drapeau français

Plusieurs citoyens algériens établis en France, et possédant des biens immobiliers dans ce pays se sont retrouvés au coeur d’un scandale dans la wilaya d’Annaba, après que leurs noms soient apparus sur une liste de logements sociaux attribués en août 2017.

Selon le wali d’Annaba Mohamed Selmani, cité par le quotidien arabophone El-Khabar dans son édition d’hier 14 août, une commission d’enquête chargée d’examiner les recours introduits contre une liste de 7000 logements sociaux dévoilée en août 2017 a permis la découverte de plus de 500 cas de fraude.

Parmi ces cas, se trouvent plusieurs ressortissants algériens établis en France et possédant des biens dans ce pays, dont des restaurants de luxe et des agences de location de voitures, notamment à Lyon, Marseille et Lille. « La commission prendra des mesures punitives à l’encontre des bénéficiaires suspects, et particulièrement ceux qui possèdent des entreprises de location de véhicules à l’étranger et qui veulent s’accaparer des logements sociaux locatifs destinés au citoyens démunis » a déclaré le wali d’Annaba qui cite, sans en donner le nom, l’exemple d’un bénéficiaire possédant un restaurant à Marseille. Des personnes décédées depuis plusieurs années ont également bénéficié de ces logements sociaux, a indiqué le même responsable.

Par ailleurs, et en ce qui concerne le dossier du logement, il est à rappeler que le gouvernement a récemment instauré de nouvelles mesures permettant aux ressortissants algériens établis à l’étranger de bénéficier de la formule de logement LPP (Logement public promotionnel).