Ain Fouara, statue emblématique de la ville de Sétif, située à 270 km à l’est d’Alger, a été une nouvelle fois cible d’une tentative de vandalisme. Pour cause, ses formes illustrant une femme nue assise sur un rocher.

En effet, un homme habillé en qamîs (djellaba) et une calotte, mode vestimentaire des islamistes adeptes du salafisme, a tenté de détruire la statue de Ain Fouara, si ce n’était l’intervention de la population qui ont également alerté les services de sécurité. La statue n’a pas subi de grands endommagements.

Selon des témoins oculaires, l’homme a tenté de s’en prendre à la poitrine de la statue avant d’être pris d’assaut par les passants,les commerçants du centre ville ainsi que les riverains. L’islamiste en question a tenté de s’enfuir avant que les services de sécurité l’arrêtent.

La statue de Ain Fouara a été saccagée le mois de décembre de l’année passée, par un islamiste qualifié de «psychologiquement instable» par les enquêteurs de la police. L’opération de rénovation de la statue a pris plusieurs mois et a coûté trois milliards de centimes. La statue, représentant une femme totalement nue, a fait l’objet de plusieurs actes de vandalisme, victime une première fois d’un acte terroriste perpétré le 22 avril 1997, puis d’un deuxième le 31 mars 2006.

Statue de marbre, « Aïn Fouara » représente une femme nue aux formes délicates et harmonieuses. Elle a été sculptée par l’artiste français, Francis de Saint Vidal, et a été achevée le 26 février 1898. Elle partit en juillet de la même année de Paris vers Marseille puis embarqua à bord d’un bateau vers Philippeville (Skikda) puis par route jusqu’à Sétif.