L’Etat français privatise les opérations d’expulsions des étrangers en situation irrégulière sur le sol français, accomplies jusque-là par la police. Selon un document révélant une note interne d’Air France, la police française demande désormais aux compagnies aériennes de faire appel à des sociétés de sécurité privées pour encadrer certaines reconduites à la frontière.

« Un nouveau texte de loi indique que les compagnies aériennes doivent prendre “tous les moyens” pour réacheminer les INAD [étrangers non-admis sur le territoire français et interpellés à leur descente de l’avion]. La police interprète ce texte par l’embauche d’escortes privées en cas de besoin », explique la direction centrale de la sécurité aérienne d’Air France dans une note interne rendue publique par StreetPress.


|Lire : France. Lutte contre l’immigration illégale : Gérard COLLOMB durcit le ton


 

Contrairement à d’autres compagnies aériennes qui ont accepté de recruter des services privés pour accomplir les expulsions à bord de leurs appareils, Air France affiche des résistances et incombe la responsabilité de ce genre d’opérations à la police française.


Lire : Un passeport biométrique de dix ans pour les sans papiers algériens


 

En revanche, une forte amende pouvant aller jusqu’à 30.000 euros a été prévue par la loi pour les transporteurs qui refusent d’embarquer un sans-papiers.


Lire : L’Arabie Saoudite compte expulser des milliers de «sans-papiers» algériens