Le ministère de l’intérieur saoudien a révélé une vaste opération du renvoi des ressortissants étrangers vivant illégalement sur le sol  du royaume wahhabite, dans le cadre des réformes entrepris  par le jeune prince héritier, Mohammed ben Salmane Al Saoud.

Selon les médias Saoudiens, pas moins de 9.800 algériens vivent clandestinement sans papiers de résidence en Arabie Saoudite. Cependant, le ministère de l’intérieur saoudien a révélé que 3000 «sans-papiers» algériens ont été déjà conduits aux frontières et renvoyés dans leur pays, alors que les autres «attendent l’achèvement des procédures de voyage et la récupération de leurs passeports».

Ledit ministère saoudien a invité 570.758 personnes originaires de 140 pays vivants illégalement sur le territoire du royaume à quitter le pays.

Fin 2015, quelque neuf millions d’étrangers vivaient et travaillaient en Arabie saoudite, selon des statistiques officielles. Le pays compte une population de 31,5 millions de personnes dont 21,1 millions de Saoudiens, rapporte l’AFP.

Une montée de xénophobie s’est emparée du pays après une proposition à la discussion au Majlis Al-Choura par son membre Sadaqa Al-Fadhel, d’une mesure restreignant le travail des étrangers dans le pays. Depuis Avril 2017, les travailleurs immigrés sont désormais persona non grata en Arabie Saoudite «Le ministre du Travail et du développement social a pris une décision restreignant le travail dans les centres commerciaux du royaume aux Saoudiens et aux Saoudienne» a écrit son ministère dans un tweet.

Avec Agences