Le département d’État américain a déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Algérie, qu’il a classé comme « pays à haut risque » a-t-on appris ce samedi.

En effet, selon la liste des pays à haut risque publiée par le département d’État américain, l’Algérie est classée dans la catégorie 2 des pays où il est déconseillé aux citoyens américains de se rendre. La menace terroriste en Algérie a ainsi été qualifiée de « vivement élevée » par le département d’État américain.

« La plupart des attaques ont lieu dans les zones rurales, mais des attaques dans les zones urbaines sont possibles malgré une présence policière élevée et active » a indiqué la même source. « Le gouvernement américain dispose de moyens limités pour fournir des services d’urgence en dehors de la wilaya d’Alger à cause des restrictions de voyage imposées par le gouvernement algérien aux fonctionnaires américains » a ajouté le département d’État américain.

Ainsi, les citoyens américains sont invités à ne pas se rendre dans les zones isolées de l’Algérie, notamment dans le Sud du pays, près des frontières maliennes et libyennes. Ces deux zones sont devenues depuis quelques années un terrain d’activités privilégié pour les contrebandiers, trafiquants d’armes et groupes terroristes, du fait notamment des conflits armés qui font rage au Mali et en Libye.

Pour rappel, la dernière attaque terroriste de grande envergure dans le Sud algérien avait eu lieu en janvier 2013 contre le complexe gazier d’In Amenas, près de la frontière libyenne. Une trentaine d’hommes lourdement armés avaient alors pris des dizaines d’otages, dont des travailleurs étrangers.