Les trois plaignants dans l’affaire de corruption dans le secteur automobile et le trésor public vont être indemnisés par de grosses sommes d’argent. Abderrahmane Achaïbou, Omar Rebrab (représentant du groupe Cevital) et Emin Auto, ayant eu gain de cause dans ce procès, vont être remboursés par les accusés.

Le tribunal Sidi M’hamed qui a rendu son verdict, ce mardi matin, dans l'affaire de corruption touchant le montage automobile en Algérie, a décidé de fortes indemnisations au profit des plaignants. Les parties plaignantes se sont constituées partie civile dans ce procès, au même titre que le trésor public.

Ainsi, l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, et deux ex-ministres de l’industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda ont été condamnés par la justice à verser une somme de 10 milliards de centimes au profit du groupe Cevital, propriété de la famille Rebrab. Ces derniers se sont plaints d’avoir été spoliés de leur projet de montage automobile en partenariat avec le constructeur sud-coréen, Hyundai.

Les mêmes accusés ont été condamnés à verser une somme de 200 milliards de centimes au profit de l’homme d’affaires Abderrahmane Achaïbou, patron de la société Elsecom, commercialisant notamment la marque KIA en Algérie. Des cadres du ministère de l’industrie et des mines sont également condamnés à verser au même plaignant 10 milliards de centimes en guise d’indemnités pour les dommages causés à sa société

Pour sa part, le concessionnaire EMIN Auto, représentant des marques de véhicules chinoises JAC, JMC, Chana et coréenne SsangYong en Algérie recevra une indemnisation de 50 milliards de centimes de la part des mêmes accusés. Les accusés dans ce procès ont également été condamnés par la justice à verser une somme de 2000 milliards de centimes pour pertes occasionnées au Trésor public.

Lire aussi : Abdelmalek Sellal : « J'ai été trahi, je ne suis pas corrompu »