La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, vient de contracter deux prêts d'un montant de 250 millions de dollars, auprès de l’Arab Petroleum Investment Corporation (APICORP). Le premier est une lettre de crédit de 150 millions de dollars pour l’achat du brut de la Saudi Aramco à destination de la raffinerie de Sonatrach en Italie.

Les responsables de la compagnie expliquent ce prêt par la nécessité d’alimenter sa raffinerie de pétrole saoudien. Ils indiquent que les équipements de la raffinerie sont plus adaptés au traitement de brut lourd et non pas léger comme celui de l’Algérie. D'où le fait que ce soit du pétrole saoudien qui est utilisé dans la raffinerie acquise en Italie.

Ainsi, le débat est relancé sur le point qui avait été soulevé par certaines voix ayant contesté l’acquisition, en 2018, de la raffinerie d’Exxon Mobil. Cette transaction de près d’un milliard de dollars a été très controversée surtout pour sa vétusté. Elle est en service depuis plus de 70 ans. Elle a nécessité des travaux de maintenance très onéreux au moment où des projets de raffineries étaient en cours en Algérie.

De son côté, la direction de Sonatrach de l’époque justifiait cette acquisition par le renforcement de ses capacités de raffinage. Elles sont passées à 10 millions de tonnes de traitement par an. La compagnie a aussi renforcé ses capacités de stockage. Ces dernières ont atteint un volume équivalent à une autonomie supplémentaire de trois jours de consommation en gasoil et de trois jours de consommation en essence.

À lire aussi :  Richesse mondiale : La part des 1 % les plus riches a augmenté en 2021, selon le rapport Global Wealth

Sonatrach voulait s'ouvrir à l'international

La compagnie nationale des hydrocarbures prétendait aussi avec cette acquisition l’ouverture à l’international pour ses produits. Le périmètre de l’accord d’acquisition de la raffinerie incluait, en outre, trois terminaux pétroliers de Palerme, Naples et Augusta, ainsi que des participations dans des pipelines reliant la raffinerie aux différents terminaux.

Quant au deuxième prêt d’une valeur de 100 millions de dollars, il servira à soutenir la maintenance du complexe Sonatrach Raffineria Italiana en Sicile, indique le communiqué de la Sonatrach.

Lire aussi : L'Algérie décide de récupérer les actifs d'Anadarko cédés à Total