Le général-major à la retraite Hocine Benhadid a été évacué, ce mercredi 1er janvier en urgence à l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger. Son état de santé fragile s’est encore dégradé, selon le site arabophone Ennahar. Âgé de 76, il souffre de plusieurs maladies et des séquelles d'interventions chirurgicales qu'il a subies récemment.

Selon la même source, Hocine Benhadid a été transféré dans un état critique de la prison d’El Harrach, où il est emprisonné depuis plusieurs mois. En ce moment, le général à la retraite se trouve dans le service de la médecine légale, réservé aux prisonniers, où il reçoit des soins.

Pour rappel, Hocine Benhadid a été incarcéré deux semaines après la publication d'une lettre ouverte sur le quotidien El Watan. Il est resté emprisonné alors que son état de santé ne cesse de se dégrader en attendant son procès. Ses avocats qui dénoncent une mise sous mandat de dépôt « arbitraire et sans aucun fondement » ont alerté à plusieurs reprises les autorités publiques sur son état de santé.

La semaine dernière, un de ses a avocats, Maître Mechri a alerté que "son état de santé (était) inquiétant, mais rien n’a été fait pour lui permettre de bénéficier de soins à la hauteur de la gravité de son état, au milieu de sa famille. Vu son âge avancé, 76 ans, les lourdes maladies qu’il traîne et les séquelles des interventions chirurgicales subies récemment, la place de Benhadid n’est pas en prison", a-t-il témoigné.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Emprisonné "abusivement"

En plus de ses avocats, plusieurs autres organisations et militants ont dénoncé l’arrestation de l'officier supérieur à la retraite qu’ils trouvent « abusive », et demandent sa libération immédiate, notamment après la dégradation avancée de son état de santé. Dans sa lettre ouverte adressée à Ahmed Gaïd Salah, et publiée dans El Watan, Hocine Benhadid suggérait des solutions qu’il voyait adéquates pour une sortie de crise, dans laquelle baignait le pays.

Lire aussi : Anis Rahmani et Ahmed Hafsi condamnés à la prison ferme