Le prix du baril de pétrole connaît une hausse importante. Les cours du baril se sont rapprochés des 70 dollars suite à l’annonce de la mort du général iranien Qassem Soleimani. Les marchés pétroliers sont aussi touchés par la nouvelle crise entre les USA et l’Iran.

Ainsi, le Brent, référence pour le pétrole algérien a gagné 4.12% atteignant 69.96 dollars. Quant au baril américain de WTI a gagné 3,53% atteignant les 63.34 dollars, et ce, après avoir touché un plus haut niveau en séance à 69.14 dollars à la bourse de New York.

Le prix du Brent a atteint ainsi une augmentation de plus de 20% par rapport au 1er janvier 2019. D’un autre côté, les principales places boursières mondiales ont reculé suite aux craintes d’une confrontation violente entre les USA et l’Iran.

Les préludes d’une nouvelle escalade de violence en Irak

Le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdoul Mahdi a fermement condamné cet assassinat. Il considère que la frappe américaine constitue une atteinte « flagrante » aux conditions de la présence américaine en Irak et à la « souveraineté » de son pays. L'opération américaine, ajoute-t-il, marque une escalade dangereuse qui « va allumer la mèche d'une guerre destructrice en Irak ».

Il faut rappeler que le pays connait une nouvelle vague de violence. Des opposants à la présence américaines en Irak sont parvenus à attaquer l'ambassade des USA à Bagdad, dans la Zone verte, pourtant ultra-sécurisée.

La frappe américaine de vendredi matin intervient dans la foulée de cette attaque, mais aussi d'une série d'attaques à la roquette contre ses diplomates et ses soldats qui dure depuis des semaines. Non revendiquées, elles ont été attribuées par Washington aux forces pro-Iran en Irak.

L’Iran réagit et promet vengeance, Trump tente de calmer le jeu

L'Iran et les « nations libres de la région » se vengeront des États -Unis, a promis le président Hassan Rohani, tandis que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a dénoncé une « escalade extrêmement dangereuse et imprudente ». Depuis des années, Bagdad est pris en étau entre ses deux grands alliés, américain et iranien, eux-mêmes au cœur de tensions grandissantes sur le dossier du nucléaire.

Cet assassinat vient envenimer plus les relations déjà en mauvais état entre l’Amérique et l’Iran . Ces dernières sont appelées à connaitre une nouvelle phase d’affrontement même si quelques heures après l’attentat le président américain a tenté de calmer le jeu. Donald Trump  a affirmé avoir agi pour « arrêter » une guerre et pas pour en commencer une. Il a indiqué que Qassem Soleimani préparait des attaques « imminentes » contre des diplomates et des militaires américains. « J'ai un profond respect pour le peuple iranien » a conclut le président américain, assurant ne pas chercher de « changement de régime en Iran »

 Une bouffée d’Oxygène pour l’économie algérienne

Cette hausse des prix du pétrole sur le marché mondial est en faveur des pays producteurs et exportateurs dont l’Algérie. Ainsi, la crise au Moyen-Orient favorise la flambée des prix des hydrocarbures, source principale génératrice de devises pour le pays, qui traverse une crise économique aiguë. Les nouvelles rentes vont contribuer à combler les brèches du déficit budgétaire et surtout de ralentir la fonte des réserves de change. Elle est une aubaine pour le nouveau gouvernement pour avoir une marge de manœuvre pour les reformes qu’il compte instaurer.

Lire aussi : L'Algérie perd chaque année 2 milliards de dollars à cause d'un accord avec l'UE