Le groupe Global Motors Industries a annoncé l’arrêt des activités de son usine de montage sis à Batna depuis le 31 décembre. Le groupe spécialisé dans le montage des véhicules utilitaires et de camions de marque Hyundai a évoqué la pénurie des kits de montage et le gel des importations de ces derniers.

Ainsi, la cascade de fermeture des usines de montage continue mettant ainsi la pression sur le marché de l’automobile. Global Motors Industries souligne que malgré tous les efforts de la direction, la situation est devenue intenable. Le groupe indique qu’il a continué à payer les salaires de ses travailleurs malgré l’arrêt de l’approvisionnement en kits de montage depuis 6 mois. Il révèle que ses employés ont été mis au chômage technique depuis le 27 août. Cet arrêt a causé une baisse de production de 98 % .

Le groupe explique que sa situation financière ne permet plus de préserver les emplois et qu’il est dans l’obligation de cesser les activités sur une durée indéterminée. Néanmoins, le groupe garde 280 employés pour la maintenance de son usine, sa sécurisation et la gestion des affaires courantes.

Des milliers de postes d'emploi en danger dans le secteur

Par ailleurs, Global Motors Industries garde encore l’espoir de reprendre ses activités. Le groupe attend la réponse du ministère de l’industrie pour ses requêtes. Les responsables du groupe affirment que le dossier qu’ils ont déposé répond à toutes les exigences techniques imposées par la réglementation.

Il faut rappeler que la filière du montage automobile traverse une grave crise depuis le lancement de la campagne de lutte contre la corruption. Plusieurs groupes sont accusés d'avoir bénéficié d'indus privilèges. Leurs activités sont à l’arrêt causant ainsi la perte de milliers de postes d'emplois.

Reste à savoir comment le nouveau président va réagir à cette saignée dans le marché du travail et quelles seront les mesures qu’il va prendre pour l’arrêter. Il faut aussi s’interroger sur le degré d’implication des usines mères dans les scandales de corruption et de détournement d’argent même si ces dernières n’ont pas encore été inquiétées.

Lire aussi : Voici pourquoi Volkswagen gèle ses activités en Algérie