Deux Algériens comparaissaient vendredi 10 janvier devant le tribunal de Carthagène en Espagne pour traite d'êtres humains. Selon le Quotidien d'Oran qui rapporte l'information, le procureur a requis la peine de deux années de prison ferme contre les deux prévenus, Tofik B. et Abdelhak N. accusé de promouvoir directement l'immigration clandestine.

En effet, les deux comparses se trouvaient en détention depuis le mois d'août au moment du procès. Ils étaient poursuivis pour un grave chef d'accusation, en l'occurrence traite illégale d'êtres humains. Cela suite au témoignage de deux autres Algériens qui ont fait la traversée avec eux des côtes algériennes vers la ville de Murcie, dans le Sud-est de l'Espagne.

En fait, selon le document de mise en accusation, les deux Algériens sont accusés d'avoir mis en danger la vie d'autrui. Dans une embarcation d'une capacité de six personnes, les accusés ont effectué la traversée avec 17 personnes. Et cela, sans aucune mesure de sécurité.

Deux Algériens en prison en Espagne

Selon le même document, Tofik agit en Algérie pour organiser la traversée. C'est aussi lui qui pilote l'embarcation jusqu'en Espagne. Quant à son acolyte Abdelhak, il était chargé de l'assistance à l'aide d'un GPS et d'une boussole. Ils instruisaient tous les compagnons de la traversée sur la manière dont ils devraient se comporter dans le cas où ils seraient arrêtés par les services de sécurité.

À noter que les deux Algériens qui avaient témoigné contre eux en août n'étaient pas présents à ce procès. Ni à la première audience qui a vu le procureur requérir la peine de cinq ans à leur encontre. Ils ont été recueillis par une ONG et ont ensuite disparu sans laisser de traces.

Lire aussi : Algérie-Tunisie : Des familles algériennes ferment un poste frontalier