Devant la crise que connaît  le secteur automobile, le gouvernement a décidé d’ouvrir de nouvelles pistes pour les investisseurs. En effet, le ministère de l’Industrie a convoqué ce mercredi 15 janvier les hommes d’affaires intéressés par le secteur et exclus du temps du règne du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Il s’agit notamment de Issad Rebrab et Abdelhamid Achaibou qui ont été indemnisés par la justice lors du procès des oligarques jugés pour corruption dans le dossier de «montage de véhicules ».

Ainsi, tout porte à croire que le nouveau ministre de l’Industrie compte s’appuyer sur ces investisseurs qui ont montré leurs sérieux dans les projets qu’ils ont réalisés. Il s’agit de rectifier les injustices que ces investisseurs ont subies, après avoir eu gain de cause lors du procès des patrons des usines de montage. La justice a décidé d’une indemnité de 10 milliards de centimes au profit du groupe Cevital, propriété de la famille Rebrab. Ces derniers se sont plaints d’avoir été spoliés de leur projet de montage automobile en partenariat avec le constructeur sud-coréen, Hyundai.

Le gouvernement veut-il réhabiliter Issad Rebrab ?

L’étau a commencé à se desserrer sur l’homme d’affaires Issad rebrab à la fin du mois de novembre dernier lorsqu’il était encore en prison. Son fils Omar avait affirmé à cette époque : « Nous avons été reçus par le Premier ministre et six membres du gouvernement auxquels nous avons exposé la situation des projets bloqués. Ils nous ont promis de faire le nécessaire pour les débloquer et permettre leur concrétisation ».

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

L’arrivée du nouveau ministre de l’Industrie confirmerait cette volonté de réhabiliter le patron de Cevital. En effet, Ferhat Aït Ali a déjà promis de revoir tout le fonctionnement du secteur. Il a déclaré avant son intronisation qu’« il faut commencer par donner le feu vert à tous les projets de Issad Rebrab ».

Ce mercredi, Ferhat Aït Ali a décidé de convoquer ces investisseurs afin « de réétudier leurs dossiers après que les marques dans lesquelles ils envisageaient d’investir eurent été accordées à d’autres hommes d’affaires et entreprises ». Il compte redynamiser le secteur automobile qui se retrouve dans la zone rouge en s’appuyant toujours sur l’investissement privé.

Lire également : Issad Rebrab veut relancer le projet EvCon en France