Une vive tension règne à la frontière algéro-tunisienne. Des centaines de véhicules importés de Tunisie sont bloqués par les douaniers en raison de nouvelles dispositions de la loi de finances 2020. Il s'agit d'une disposition concernant l'importation de véhicules à l'aide de licences des Moudjahidine, rapporte le site arabophone Ennahar.

En fait, il s'agit de nouvelles conditions imposées aux Algériens qui utilisent la licence d'un Moudjahid pour importer des véhicules, y compris de Tunisie. La nouvelle loi de finances 2020 impose en effet des restrictions sur l'utilisation des licences des Moudjahidine dans l'importation de véhicules.

Pour pouvoir bénéficier de l'exonération des impôts et taxes, le véhicule ne doit pas être une grosse cylindrée. Les nouvelles dispositions stipulent que les taxes douanières seront imposées à un plus grand nombre de modèles de véhicules. Et ce, selon leur puissance. Donc, plus un véhicule est puissant, plus il sera taxé par les services des douanes. En fait, la taxation change selon la puissance des véhicules.

Certains aspects de l'importation de véhicules négligés par les médias

C'est ce qui explique que les douaniers ont bloqué des centaines de véhicules à la frontière algéro-tunisienne. En réalité, les Algériens ne sont pas au courant des nouvelles conditions contenues dans la loi de finances 2020. Notamment parce que la médiatisation de ce texte a touché de nombreux aspects et a négligé de nombreux autres. Et force est de constater que les médias ont négligé l'aspect relatif à l'importation des véhicules à l'aide des licences des Moudjahidine.

Il faut dire que les véhicules concernés par cette mesure arrivent de plusieurs destinations, particulièrement de France, et même d'Allemagne. Et pour que les Algériens récupèrent leurs véhicules bloqués, ils devraient s'acquitter des taxes douanières prévues par la réglementation. En fait, les sommes à payer sont importantes pour certains. Et c'est ce qui explique que des véhicules sont bloqués depuis le premier janvier 2020.

Lire aussi : Importation des voitures d'occasion : La Douane algérienne apporte des précisions