Le visa pour les 26 États de l’Union européenne coûtera plus cher à partir du 2 février prochain. La hausse annoncée par Marc Sédille, consul général de France à Alger, a été confirmée par TLS Contact Algérie dans un communiqué rendu public jeudi 23 janvier.

Le prestataire chargé de la collecte des dossiers de visa pour la France a fait savoir qu'à partir du 2 février, les frais de visa Schengen vont augmenter sensiblement. Ainsi, le candidat à l'obtention d'un visa devra dorénavant s'acquitter de la somme de 80 euros, au lieu de 60 précédemment, au moment du dépôt du dossier. Ce montant obligatoire est non remboursable.

« Les demandeurs de visa Schengen auront à payer 80 euros de frais de dossier, au lieu des 60 euros et pour les enfants de 6 à 12 ans, 40 euros au lieu de 35 », détaille la même source, qui ajoute que « le tarif des visas court séjour passera donc à 10 600 DZD et 5 300 DZD pour les enfants de 6 à 12 ans (sauf changement de taux de chancellerie éventuel au 1er février) ».

La France a accordé moins de visas aux Algériens en 2019

Le nombre de visas délivrés aux Algériens au cours de l'année 2019 a baissé d'environ 7,5% par rapport à 2018. En effet, selon Marc Sédille, consul général de France à Alger, le nombre de visas octroyés aux Algériens s’est établi à 272 054 en 2019. Selon la même source, cette baisse est surtout le fait d’un net recul des demandes de visas de la part des Algériens. Ainsi, le nombre total de demandes de visas s’est établi à 501 300 en 2019, contre 568 882 en 2018, soit une chute de 12%.

Cependant, M. Sédille avait souligné que la délivrance de visas pour 2019 était supérieure à celle de 2018. Elle est de 54% en 2019 contre 51,5 % en 2018. Cette hausse s’explique par « le respect des critères Schengen » par les demandeurs en matière « d’hébergement et de financement du séjour ». « 5% des visas délivrés sont des visas d’établissement en France », a indiqué le consul général, ajoutant que pour les étudiants, 5 237 visas leur ont été délivrés contre 6 346 en 2018.